Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 23 sept. 2018 - 00:25


 21/10/2016 09:47  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Salut,
Oui l'idéal c'est de mettre la fente en bas à gauche quand tu regardes le feu, c'est au plus près de l'arrivée d'air naturelle, et si elle tient en place tu pourras l'utiliser comme ça, par contre si les buches arrivent à faire tomber le morceau ça peut se mettre à fumer grave.
T'as demandé aux bricos du coin si ils avaient pas ça à la coupe ?
Je sais à quel point c'est énervant, ça m'est arrivé une fois aussi avec un chassis que j'avais soudé pas assez d'équerre...
A bientôt
Ced
J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 22/10/2016 10:56  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
J'ai retourné la vitre, et le petit morceau fendu s'est bien sur cassé... pas trop grave, il est du coté de l'arrivée d'air. Ca tournera comme ca le temps de trouver une autre vitre.

A l'heure où j'écris, le Rocket rockette à mort... sans assistance au niveau du conduit d'évacuation externe (que je fais chauffer pour assurer le tirage quand ça refoule un peu - NDLR) ...c'est superbe...! Big Grin Smile
Je viens de comprendre un truc, que j'avais négligé : le bois sec, mais bien sec, c'est vachement mieux, d'autant plus parce qu'on est en phase de séchage... Surprised! (je pense que Ceddz, tu vas abonder dans ce sens... tu me l'avais dis, je l'ai oublié tout à l'excitation de faire des flambées, mais viens d'en prendre conscience!)
Ça tire vachement bien, le feu semble plus stable...

On apprend en s'enfumant et en testant...

Je détaille les étapes de la construction qui font suite aux deux premières très vite.
A plus

"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 25/10/2016 19:22  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Bon...

Je ne vous cache pas que j'en ai un peu marre des dernières flambées... Ça ne tire pas bien, ça fume partout...!
Seul moyen pour avoir du tirage : mettre l'aspirateur en mode soufflerie et insérer le tuyau de l'aspiro dans le conduit d’évacuation, redoutable d'efficacité pour créer la circulation dans le rocket, mais bruyant...Cool
Dès que j’arrête, les fumées redescendent, chargées d'eau je pense et de choses non brulées... ça marche pas fort là...

C'est difficile depuis dimanche, or il fait très très doux depuis dimanche : croyez-vous que se puisse être une raison suffisante à expliquer ce fonctionnement très relatif : pas de différence assez nette en l'air extérieur et l'intérieur??

Confused
Allez ce soir, c'est pas le soir : alerte au monoxyde à l'instant... pfff
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 26/10/2016 11:49  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
Courage... les raisons qui font fumer un rocket sont souvent les mêmes : temps extérieur doux et humidité dans le système. As tu essayé le feux de cagette dans la trappe de visite avant l'évacuation extérieure pendant la flambée ?

 26/10/2016 13:52  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Bonjour Pascal,

Merci pour ta réponse, qui me réconforte dans mon analyse de ces soucis !
J'ai effectivement assisté à plusieurs reprises le démarrage et le tirage avec des petits feux de cagettes ou bois très sec, ça tire bien comme cela, mais dès que j’arrête ces feux, le tirage tombe vite et la fumée stagne sans s'évacuer. J'alterne avec le tuyau de l'aspirateur en mode soufflerie dans le conduit vers l'extérieur, pour relancer le tirage...

Sans doute ne suis-je pas dans un cas différent de nombreux constructeurs en phase de séchage de leur dragon... Mais j'avoue que j'aimerai que le temps se refroidissent, pour avoir un séchage bien amorcé chaque jour... Faisons preuve de patience.

Merci pour ton retour,
Amitiés,

Smile
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 26/10/2016 15:40  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
A quelle heure fais tu tes flambées ces jours-ci ?

Il serait intéressant de faire un relevé des températures à l'intérieur du local et à l'extérieur au début de chaque flambée afin de pouvoir en tirer des enseignements chiffrés, valables pour cette période particulière du séchage du système.

Pendant encore quelques temps continue les 2 feux en simultané. C'est contraignant mais c'est efficace.

D'après Météo France, le temps devrait être plus sec et plus froid (à partir de 20h) dans les jours qui viennent et pour ta région...

 26/10/2016 16:27  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Excellente idée, Pascal, je vais tenter de penser à noter ces données également.

En règle générale : flambée vers 18h30-19h00 en semaine ; pour les week-ends précédents, plutôt en milieu d'après-midi.
Bon, on est sur des températures extérieures d'environ 20° en ce moment... et je pense qu'on est à 17-18 dans la maison... Ceci explique sans doute cela...!

A suivre...
Merci !


Smile
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 26/10/2016 16:34  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Salut,
Oui avec beaucoup d'humidité et une météo à 20° dehors et 17 dedans ( ! ) sur un rocket tout jeune c'est normal d'avoir quelques difficultés.

-Comme dit Pascal, le contre-feu doit régler le problème,
- Maintenant que l'intérieur de la masse a un peu séché, il est surement temps de fermer toutes les arrivées d'air quand le feu est terminé afin de ne pas refroidir la cheminée interne massive entre deux allumages.
Si il y a toujours un trou dans ta porte, tu peux fabriquer une pièce en métal découpée dans un baril avec ta belle pince toute neuve et la glisser sous le reste du carreau.

- Je vois pas trop ce que tu fabriques avec ton aspi-souffleur ! tu aurais une petite photo qu'on rigole Wink

- Et du bois sec, sec, sec... y'a que ça qui peut marcher !

Ne pas se décourager, vu comment il a démarré, ça ne pourra que mieux se passer au fil du temps

A bientôt
Cédric

J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 26/10/2016 18:17  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut Ceddz,

- Maintenant que l'intérieur de la masse a un peu séché, il est surement temps de fermer toutes les arrivées d'air quand le feu est terminé afin de ne pas refroidir la cheminée interne massive entre deux allumages.

Ok, je retiens l'idée... (ça foisonne d'idée sur ce forum, j'aime!)

Si il y a toujours un trou dans ta porte, tu peux fabriquer une pièce en métal découpée dans un baril avec ta belle pince toute neuve et la glisser sous le reste du carreau.

J'ai changé la vitre... promo sur le verre céramique chez Ler*** Merl***, j'ai sauté sur l'occasion : 64,26 € la vitre au format!

- Je vois pas trop ce que tu fabriques avec ton aspi-souffleur ! tu aurais une petite photo qu'on rigole Wink
En fait, à un moment, j'ai manqué de bois de cageot pour activer le dragon dans le conduit d'évacuation.. me suis alors rappelé que tu m'avais demandé si je n'avais pas de ventilateur pour pousser un peu les fumées vers la sortie depuis le Té en inox... il se trouve que mon aspi fait un redoutable ventilateur... Wink ca m'a dépanné sur le coup, et j'ai bien aimé la facilité du truc, et surtout, je me brûle moins les doigts qu'avec des petits feux, qui par ailleurs s’éteignent quand le rocket refoule un poil ... si je peux, je vous ferai une photo ouaip...!

Allez, je vais tenter le coup pour ce soir alors... Merci pour ta réponse également Ceddz...



"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 28/10/2016 12:13  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
(Suite du reportage sur la construction)

Ce reportage n'est pas nécessairement chronologique, vous l'aurez compris.
Je vais revenir ici sur la construction du foyer. Batch avec porte vitrée intégrée latéralement donc.
La porte est jolie tout plein, avec sa petite poignée en forme de main. Mais elle est assez petite. Il a donc fallu s'en remettre à l'expérience de Ceddz et Jean-Max (nos formateurs durant le week-end) pour adapter les dimensions du Batch en 180 selon le tableau de Peterberg. Je vous laisse imaginer le nombre de découpes nécessaires. La disqueuse en 230mm de jean-MAx y a laissé sa peau, paix à son âme...

Les quelques photos ci-dessous montrent les différentes rangs de briques découpés et numérotés pour assurer le remontage en place :






Cette photo ci-après montre le foyer en cours de montage à blanc avec la porte :


Peut ensuite commencer le montage définitif du foyer à l'emplacement prévu. Petite présentation pour corriger l'orientation du foyer,


Puis on décide de mettre le foyer sur un socle pour avoir une facilité de chargement, une vision du feu plus évidente, bref plus de confort... C'est pas parce qu'on auto-construit que ça doit pas être confortable.. hein? et au contraire, c'est même là une souplesse extraordinaire de l'autoconstruction de pouvoir s’adapter à une idée nouvelle, même au dernier moment. Merci à l'expérience de plusieurs membres du stage ici qui nous a permis de penser à cet aspect des choses, nous étions partis sur un foyer au niveau du sol quasiment...!


Le montage commence : moment intense, vérifié au niveau tout le temps, collage des briques à l'argile (presque sans cailloux) pour assurer la cohésion le temps du montage (ce collage n'est pas destiné à tenir dans le temps, le foyer est construit de manière auto-stable, et la bauge qui le recouvrira maintiendra le tout ensuite).




Montage de la cheminée:

Et une vue de l'intérieure de la cheminée:

Celle-ci est ensuite isolée à la vermiculite-perlite, et un beau bouchon de bauge referme le tout...
On voit bien ici le décentrage du contenant d'isolant (tube acier d'un chauffe-eau) par rapport à la cheminée.

Et puis, on recouvre le tout avec le baril de 200l décapé et entouré de sa couronne de cuivre (35 mètres linéaires, en diamètre 20/22) !

"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 04/11/2016 22:00  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
******
Interlude sur la chauffe du Dragon en plein séchage

Le temps change, les températures extérieures commencent à descendre. 6 à 7 degrés de différence désormais sur deux flambées (le moins chaud étant dehors) à quelques jours d'intervalle. Allumage vers 18h30 à chaque fois. Assistance du tirage continue (c'est à dire durant toute la durée de combustion du bois chargé dans le foyer) réalisée par un feu léger en dessous de la cheminée d'évacuation = deux très belles flambées...
Ce soir particulièrement, alimentation au bois très sec, grosses buches refendues en bois de moindre section (et pour donner le max de détail : du châtaignier et du chêne d’Amérique, gnark gnark pour les ricains!)

Le tirage est magnifique à plein régime, on voit comme un rideau de flamme dans le bas de la cheminée interne, qui tourbillonne... La vitre ne pyrolyse pas encore pour avoir une vision parfaitement claire du foyer en pleine combustion, mais ça ne devrait pas tarder. Bien content ce soir, un tout petit refoulement vers la fin, en descente du conduit vers l’extérieur. Mais la fumée y était nettement plus claire que les fois précédentes, où elle était alors chargée d’humidité et de trucs non brulés...

Ça évolue donc dans le bon sens visiblement.
Big Grin Smile Big Grin

Fin de l'interlude sur la chauffe du Dragon en plein séchage

*******
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 08/11/2016 21:46  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Bonsoir à tous,

(Pascal, je continue ici, sur ce fil dédié à notre Rocket, la description de la vie du Dragon naissant. Est-ce ok, ou tu préfères que j'ouvre un nouveau sujet?)

Alors, les températures permettent de faire tourner le Rocket tous les jours. Cette grosse masse devrait se mettre à enfin sécher assez rapidement désormais... je le souhaite.

Petit bilan donc :
Depuis une bonne semaine, différence de température d'au minimum 6° entre l'extérieur et l'intérieur. Le rocket tourne bien, et tous les jours, pour autant que j'assure un petit feu continu sous le conduit de cheminée en fin de masse (celui qui expédie les fumées vers dehors...).
Dès que ce petit feu s’arrête, quelques minute plus tard, le tirage tombe, je le constate aux flammes dans le foyer, et de la fumée sort par les petites fissures de la bauge.
Dès que je rallume ce petit feu d'accompagnement, le tirage redouble de vigueur. Bon, j'ai épuisé toutes mes ressources en cagette, je brule ce que je peux dans ce petit feu... Honnêtement, j'y passe mes soirées (je suis dessus quand je mange, quand je fais les devoirs avec les enfants ou toutes autres activités... c'est comme un tout petit bébé qui nécessite une attention de tous les instants finalement!), parce que je reste vigilant à chaque moment durant la flambée.
A prendre en compte, ce temps consacré au feu durant la période de séchage... parfois un peu décourageant, je ne le cache pas...

La vitre du foyer est toute propre ce soir, c'est superbe! Je gage que ça veut dire que la température est super bien montée dans le foyer...

En moyenne : les soirs dans la semaine, 1h30 à 2h00 de flambée ; et le week-end, une flambée le matin et une en fin d'après-midi d'un minimum chacune de 2h00.
Les températures dans la maison montent, peu quand c'est un soir de semaine, il faut le dire, nettement plus le week-end quand je fais deux flambées par jour (on est monté jusqu'à plus de 20° le week-end dernier).

Je teste un peu tout : je referme le conduit extérieur entre deux petits feux pour voir si le tirage met plus ou moins de temps à tomber - je le laisse ouvert pour constater si ça influe ou pas... difficile de tirer une conclusion pour le moment.

La masse a bien séché tout autour du le baril de la cheminée du Rocket, et sur la première cloche qui suit. La banquette qui fait la fin de la masse (en forme de cloche à l'horizontale) est visiblement moins sèche pour le moment. J'en veux pour preuve la flotte que je sors quotidiennement du bouchon de ramonage du conduit qui va vers l'extérieur.

Un truc sympa que je constate : par rapport à un feu "classique" en insert/poêle/cheminée, tous les jours on se met à "réfléchir" le feu : on émet des hypothèses sur le pourquoi d'un refoulement à un moment, on devient fumée pour en imaginer le comportement... on "intellectualise" le feu en fait, c'est hyper motivant et stimulant. Smile

Ceuces qui ont l'expérience des semaines de séchage : pouvez-vous me confirmer que tout ce que je décris là est finalement un processus plutôt normal? J'ai lu ici et ailleurs qu'il faut compter un minimum de trois semaines de feu pour constater une amélioration nette du tirage et du fonctionnement du Rocket (à relativiser par rapport à la masse de chaque rocket bien entendu).
Merci par avance pour vos retours en tout cas.

Cool
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 08/11/2016 22:51  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
Que celui qui n'a jamais toussé pendant la période de séchage de son rocket lève le doigt Big Grin

 28/11/2016 22:02  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut à tous,

Allez, un mois et demi après la construction du dragon, un petit bilan s'impose.

Depuis un bon mois, chauffe tous les jours ! Le temps le permet, et la masse le réclame. Globalement, très satisfaisant, ça chauffe bien, assez vite même le soir quand on rentre du taf. On allume le foyer, bien chargé et avec autant de bois de palette possible, complété par des buches refendues pour être moins épaisses.
Ça chauffe, ça brule, mais pour être honnête, ça rocket pas vraiment !

Je m'explique :
Toujours contraint de préchauffer le conduit d'évacuation des fumées (tubage inox qui va directement dehors en fin de banquette, NDLR). De préchauffer à l'allumage, normal, pour amorcer l'aspiration. Mais contraint de maintenir un petit feu durant toute la phase de combustion dans le foyer. Pourquoi ? Parce que ça refoule au bout de quelques minutes, d'une fumée bien laide, lourde, chargée en particules et autres éléments. J'ai mis du scotch alu sur la jonction de la sortie du banc et du Té qui permet de repartir à la verticale, et rebouché un certain nombre de fissures, et depuis, on n'a plus d'alerte au monoxyde! C'est au moins ça de gagné. Mais ça ne tire pas en continu sur toute la phase de combustion...

Nous réfléchissons beaucoup sur le feu et le dragon, comme je l'indiquais dans un précédent post pour essayer de comprendre ce qui peut expliquer ce tirage non stable. Je me suis dit que la partie extérieure du conduit inox, au dessus de la toiture était peut-être trop en dessous de la hauteur du faitage du toit, ce qui était le cas. Je viens donc de rajouter deux mètres de tubes au dessus, en me disant que le tirage allait être assuré cette fois... On arrive bien au dessus du faitage, 7 mètres de conduit inox en tout...mais... ça ne change finalement pas beaucoup sur les deux dernières flambées.

On poursuit donc la réflexion.
Symptômes constatés : si pas de feu à la base du conduit inox en sortie de banc, ça finit par refouler, d'une part au niveau de ce Té évoqué plus haut, d'autre part au niveau de la porte du foyer... comme si le feu s'étouffait de sa propre fumée en quelque sorte ! Je me pose alors la question de l'espace laissé entre le haut du baril et le haut de la cheminée interne maçonnée. Je n'ai pas cette donnée, je m'en aperçois, car au moment de la pose du baril, j'étais sur un autre chantier en cours lors de la construction. Ceddz, te rappelles-tu la hauteur de cet espace? Vu les symptômes décrits, j'en viens à me demander si cet espace n'est pas trop petit, ce qui expliquerait l'engorgement par les fumées quand le tirage perd un peu de sa dynamique.

Autre point : sur la masse, globalement, ça sèche visiblement bien... sauf au niveau du sol sous la cloche et sous le banc. Pire, ça suinte de flotte à ces endroits là.
Pour bien expliquer : ces éléments sont constitués de barils en acier. Le gros avantage, c'est que le banc et la cloche ont été montés avec cette technique super vite (concrètement, on pose le baril vertical pour une cloche verticale, et quelques demis barils pour le banc lui horizontal). Mais à la base de ces éléments, de l'eau suinte. Je réfléchis à nouveau et en viens à ma demander si la construction elle-même n'est pas la cause de ces suintements. Est-ce que la paroi acier de ces bidons ou demi-bidons n'entrainerait pas, en phase de refroidissement, une condensation excessive DANS la cloche et le banc? Cela pourrait expliquer la présence d'une base très humide à la base de ces éléments, avec plus d'un mois de chauffe quotidienne. Qu'en pensez-vous?
Même si le bois que je brule n'est pas complétement sec, ce qui est parfois le cas je le sais, quand je ne brule pas de la palette par exemple, cette humidité devrait être annulée par la chauffe (parce que ça chauffe vachement bien). Je ne pense donc pas que le bois et son état soient cause de cette eau suintante à la base des barils. Est-ce que l'acier de ces barils pourraient être la cause unique d'une condensation excessive interne?...

Si vous avez des avis ou opinions sur ces questions, je suis preneur, vous l'imaginez...
Merci par avance,



"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 28/11/2016 22:36  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Salut Moos, content d'avoir des nouvelles même si elles ne sont pas parfaites !

Alors au dessus de la cheminée interne on n'avait aucune contrainte, et de mémoire on a laissé 20cm (ou peut être 16) mais pas moins c'est certain.
Chez Anne-So et Xav on a fait un batch presque comme le tien, c'est à dire une cloche verticale et 3 demi-barils horizontaux, avec de plus une cheminée en boisseau de terre cuite (moins lisse que ton inox)
Tout le reste c'est pareil, et même avec leur bois humide ça tire pas trop mal. Bon le foyer n'a que 10 jours, il faut encore préchauffer, sinon pas moyen, mais quand le 2e feu s'éteint le foyer continue à ronronner (doucement certes).

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas de raison évidente pour que tu galères avec les retours de fumée.
Tu as bien fait de tout colmater et de rallonger le tube extérieur, ça ne pourra que aider au tirage et réduire la toxicité de la bête !
Il faudrait peut être aller voir du côté des trappes de visite si tu les as installées pour vérifier que rien ne s'est écroulé à l'intérieur, et si la descente de baril est bien libre (on avait bien soigné cette partie aussi.)
En ouvrant la trappe du bout, tu as aussi la possibilité de faire "bypass" du dernier baril seul de bout de banquette qui donne vers le salon, en poussant des briques ou autre au fond du baril horizontal, ça fera toujours un peu de chaleur en plus pour les fumées en pied de cheminée.

Dans tous les cas, la fumée lourde c'est causé par beaucoup de vapeur d'eau venant du bois et/ou de la banquette, et aussi d'un trop grand refroidissement des fumées dans un parcours trop long comparé à la puissance du foyer aujourd'hui. En séchant ça ne pourra que s'améliorer. Courage, car la première saison de chauffe d'un rocket est souvent un peu chaotique Wink

Il serait interessant de placer un thermomètre genre pique à viande dans le conduit vertical pour voir à combien sortent les fumées. Si c'est en dessous de 50° c'est normal de galérer, il faudrait avoir autour de 80 à100° pour que ça tire à tous les coups. Mais dans une banquette fraiche et humide on a "volé" les calories bien en amont.
Un truc comme ça c'est 7-8€ en grande surface.

A bientôt
Ced
J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 29/11/2016 19:16  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut à toi Ceddz,

Grand merci pour tes éléments de réponse.
J'avais prévu d'aller voir un peu l'intérieur du rocket ce week-end, effectivement. Ma curiosité de voir l'état après un mois et demi est grande, et cela me renseignera sur quelques questions que je me pose...

Pas bête ton idée de bypass de fortune pour isoler le dernier demi baril... pas simple à mettre en place sans doute, vue la largeur de l’ouverture de la trappe de visite, mais on va tenter le coup si rien n'évolue trop d'ici le week-end, oui. Je ferais un petit retour dans ce sens...

Que penses-tu de mon analyse sur une condensation excessive due au métal des barils qui forment les cloches? Réaliste ou farfelue? Il faudra qu'on demande à Paul, Anne-so et Xav (qui ont fait des cloches sur le même principe, NDLR) leurs retours sur ce point quand leur dragon respectif tournera régulièrement...




"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 25/12/2016 22:33  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut t'à tous,
Et avant tout : je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année, pour ceuces qui les fêtent...

Pour Noel, je me suis fait un petit cadeau : je suis allé voir l'intérieur de notre Rocket (oui, il n'y a sans doute que sur ce forum qu'on peut lire ce genre de chose !)...

Résumé des épisodes précédents : le rocket tourne depuis la mi-octobre, ça chauffe, ça sèche, mais ça n'est pas parfait : nécessité à chaque flambée de faire un petit feu pour chauffer la cheminée d’évacuation et assurer le tirage, sans quoi, enfumage en deux secondes ! Ça ne nous satisfait pas, et comme je suis en congés, je peux consacrer du temps que je n'ai pas en semaine de travail pour comprendre et réparer/adapter si besoin.

Alors, voila, j'ouvre mes deux trappes de visite (une sous le baril juste après le foyer, une en bout de banc (coté cul-de-sac, voir épisodes précédents pour comprendre le concept du cul-de-sac) : je regarde à l'intérieur, tout est noir, noir brillant même sur les briques qui maçonnent les conduits entre cloches et bancs ; mais tout est resté bien lisse et pas de zones éboulées visibles... Bon, plutôt content de constater la solidité du bestiau...
Je repense soudain que sur le baril enveloppant la cheminée interne du rocket, juste après la chambre de combustion donc, nous avons laissé les bouchons existants qui permettent de prendre ce que les barils de 200 litres contiennent. Un bouchon qui se visse, avec à l'époque un petit joint caoutchouc que nous avions viré lors du montage. Petit nettoyage pour virer la bauge à cet endroit, petit coup de marteau bien orienté pour débloquer le dit bouchon, j'ouvre, je regarde à l'intérieur... et là, je crois que je tiens LE diagnostic qui me manquait...

Le diagnostic qui peut expliquer les enfumages régulier dès que le tirage se meurt, le diagnostic qui pourrait même expliquer les toussotements de fumée qui se produisent parfois tout autour de la vitre du foyer... Ce diagnostic là, que j'avais écarté après avoir rediscuté de la construction avec Ceddz notamment, ici-même...
(vous n'en pouvez plus hein : "tu vas le cracher ton diagnostic, rontudjuuuu!"Wink. J'y viens :

Ce diagnostic qui me fait vous annoncer que la hauteur entre le haut de la cheminée et le baril est bien trop faible pour un Batch box en 180 ! J'y croyais entre 16 et 20 centimètres, et il y a à peine 5 centimètres !!!

Ha ha, je te tiens, raison qui me manque pour expliquer nos difficultés : il faut que cette hauteur soit plus grande, pour que les fumées aient suffisamment de place pour redescendre sans engorger le volume disponible...

Bon, réflexion : comment on fait d'un point de vue pratique, pour rehausser le "tout", le "tout" étant constitué du baril de 200l, de 35 m de cuivre en 20/22 grillagé, et de bauge recouvrant l'ensemble... imaginez le poids à soulever pour ajouter un range de briques... Je discute avec mon pater présent pour les fêtes, et il me soumet l'idée de rajouter un bout d'un autre baril, soudé au premier, de la hauteur manquante..
Voila une belle idée, plus simple à réaliser...
Ce sera donc mon prochain chantier, si je peux durant ces vacances...

J'ai ici donc besoin de votre avis sur la hauteur de ce rajout soudé : 10 centimètres, est-ce suffisant? Ça me donnerait 15 centimètres entre le haut de la cheminée et le baril. Ne vaut-il pas aller carrément jusqu'à 15, ou 20 centimètres de plus?

Merci pour vos retours,
La bise fraternelle...

"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 26/12/2016 09:28  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Salut Moos,

Alors là bravo, tu as trouvé ton problème, et méa culpa, je me suis occupé de cette partie et suis sur d'avoir vérifié plusieurs fois, tellement c'est un point crucial, alors j'ai du avoir un bug, mais j'en reviens encore pas...

J'ai déjà réussi à lever un baril baugé à 3 personnes pour y caler des briques, mais c'est vraiment très lourd, alors je vote pour ton autre solution, que j'ai aussi pratiqué par le passé ... (oui j'ai fait toutes les conneries possibles)
Une découpe sur le haut du baril avec la meuleuse ou alors au marteau-burin petit à petit.
Un bout de baril de 10-15cm supplémentaire sur le dessus. Pas beaucoup plus car cela ajoute de la surface de diffusion.
Pour souder des barils c'est pas évident car la tôle est très fine et tu fais vite des trous. Il faut des baguettes de 1.6mm maxi. Tu peux faire le tour ou quelques points. Ensuite un tour de scotch alu est le bienvenu pour l'étanchéité avant de re-grillager et bauger.
Tu peux aussi couper des languettes de 2-3cm dans le bout de baril que tu ajoutes afin qu'il s’insère dans le précédent (pas obligé).

C'est pas un travail énorme, et je suis content que tu aies trouvé une explication à ces problèmes.
Désolé encore de ne pas avoir été plus vigilant.

Et encore, des photos et un retour d'expérience seront les bienvenus Smile

Cédric
J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 26/12/2016 09:52  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
Salut bonjour. Concernant la hauteur entre le haut de la cheminée et le baril, Peterberg indique :
L'espace entre le sommet de la cheminée interne et le sommet de la cloche doit mesurer au moins 30 cm. Dans la vaste majorité des cas, cela sera suffisant bien que plus large sera la cloche, plus les gaz seront ralentis et meilleure sera la séparation des gaz chauds et froids.


Source batchrocket.eu

 26/12/2016 10:45  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut Pascal, Salut Ceddz,

Merci, grand merci, pour vos retours.
J'ai relu pas mal de posts du forum ce matin, sur cette hauteur critique. J'ai noté dans les échanges des hauteurs minimum de 15cm jusqu'à... un baril de plus au dessus ! Mais ce sont surtout dans de vieux posts, à un moment ou le Batch-Box était plus expérimental qu'à ce jour.
Instinctivement, je pense me limiter à 15 cm de plus pour le coup, ça me donnera 20 cm au dessus du heat-riser. Mais en même temps, si je dois intervenir sur ce point, vues les opérations à réaliser, pas nécessairement complexes mais longues et salissantes en pleine maison habitée, je me dis qu'il faut pas que je me rate, pour ne le faire qu'une seule fois... et j'envisage le 30 cm en hauteur total d'un coup. A confirmer, notamment par rapport à la Surface d'échange...

Ceddz, pas de souci, surtout ; deux cerveaux embrumés auraient été plus performants sur cette étape c'est vrai, mais j'étais sur un autre chantier à ce moment là et j'aurai dû me rendre dispo sur cette étape qu'on sait cruciale... aucun problème, ne t'en veux pas.
(J'ai envisagé la possibilité que le fut soit redescendu, mais bon, là, je vois pas de possibilité... Rolling Eyes )

Je suis surtout très content d'avoir trouvé là une explication plus que plausible au fait que notre dragon ne s'éveille pas totalement...
Pour pallier ce genre d'erreur, je me disais qu'il serait bon à l'occasion de futurs stages de conserver autant que possible le coté du fut qui a un bouchon (quand il a un bouchon bien sur), ce peut être un moyen visuel très simple de s'assurer de la bonne hauteur entre le heat-riser et le baril. Je l’intègre à ma pratique dès à présent, pour sur!

Bon, pour la suite : faut, premièrement, que je trouve un fut.. ouais, ça sera plus simple!! Wink
Ça ne m’inquiète pas trop, mais ça peut prendre du temps.
Je te remercie pour tes conseils sur la soudure, je vais m'entrainer un peu avant sans doute.
J'avais pensé à une pince à rétreindre évoquée sur ce forum pour préparer au mieux l'emboitement des deux futs, mais sur ce type d'acier, suis pas sur que ça soit assez costaud, et ... je n'ai pas de pince à rétreindre !

Je vous fais des photos du chantier dès que je m'y mets, aucun souci sur ce point...! Merci à nouveau,

A plus

"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 29/12/2016 12:23  

Status : hors ligne

Alynpier

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 03/12/2012
Réponses: 122
Localisation:St-Vaury, Creuse
J'utilise ce fil, sans être sûr que ce soit le bon endroit, mais c'est ici que j'ai trouvé certaines réponses, alors en attendant que mon poêle soit en phase de construction, je m'y invite.
---
Mon projet avance, voilà le plan. Ceux qui suivent mon blog en connaissent déjà l’implantation dans la grange.

J’ai choisi un batch en 150 (chargement classique par devant), je vais poser un baril simple (sans chauffe-eau) et faire une banquette (pas de cloche prévue).
A priori, pas de souci avec le foyer moulé en mortier réfractaire, mais il me reste quelques questions.

LA FORME DE LA CHEMINÉE
Pourquoi la cheminée interne est-elle octogonale ?
Est-ce uniquement une amélioration de la cheminée en briques carrée ?
Si on fait des pièces moulées, pourquoi ne pas opter pour une forme circulaire ?
Et dans ce cas, quelle doit être l’épaisseur du conduit (moulé en mortier réfractaire) pour en assurer une isolation optimale ? Ou bien est-on ancore obligé de faire une isolation (vieux chauffe-eau rempli de vermiculite) ?

LE BARIL
Puis-je installer mon baril décentré, par rapport à la cheminée interne ? J’aimerais arriver à quelque chose qui ressemble à ce que j’ai dessiné sur mon plan
Je vais avoir environ 6 m de conduits en 150 sous banquette (2,83 m2 de surface d’échange, si je ne m’abuse) entre la sortie du baril et le bas de la cheminée. Celle-ci culmine à plus de 9 m, est parfaitement installée et offre un excellent tirage.
D’autre part, l’espace entre le sommet de la cheminée interne et le sommet de la cloche doit mesurer au moins 30 cm (Peterberg relayé par Pascal).
Un baril vertical a une surface d'échange d'environ 1,85 m² (cf Cédric).
Entre le baril et les tuyaux, j’arrive à un total de 4,68 m2 (arrêtez-moi si je me trompe), par rapport aux 5,3 calculés par Peterberg.
Je suppose qu'on ne compte pas la surface de la cheminée interne ?
Est-ce que je dois positionner mon bidon de manière à ce que la surface interne absorbante atteigne cette valeur ? J’aime bien la solution de Cédric qui est de rajouter un morceau de baril pour avoir la dimension exacte. N’étant pas un pro de la soudure, je pense qu’on doit pouvoir raccorder les deux parties à l’aide d’une languette intérieure (un tour de baril de 5 cm) fixée des deux côtés avec des rivets pop.
Plus j’avance, plus je me retrouve confronté à des « petits » détails que je compte bien résoudre avant de me lancer.
A vous suivre, c'est une mine et un vrai plaisir.


 29/12/2016 21:17  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Salut à toi Alynpier,

A mon niveau, je vais tenter de répondre à quelques une de tes questions, je laisse le soin aux Chènes du forum de répondre aux autres...

c'est ici que j'ai trouvé certaines réponses

Ça, je suis très content de le lire, parce que tout ce que je raconte sur la construction de notre dragon, réflexions en amont, réflexions à l'utilisation, etc., est fait dans cet objectif. Merci beaucoup de l'avoir écrit donc... Big Grin



Citation : Alynpier


LA FORME DE LA CHEMINÉE
Pourquoi la cheminée interne est-elle octogonale ?
Est-ce uniquement une amélioration de la cheminée en briques carrée ?


La cheminée, octogonale dans sa partie basse, a pour effet de créer un tourbillonnement des flammes et fumées, pour augmenter leur vitesse et le tirage. Cette forme est à coupler avec une petit brique taillée en biseau à 45 degrés posée au fond de la cheminée pour créer un mouvement vers le haut des fumées/flammes. Après quelques rangs de briques posées pour avoir une forme octogonale (il faut que je regarde ce que nous avions fait pour déterminer ce nombre de rangs) tu peux continuer en forme carré, qui monte très vite et nécessite moins de briques.

Citation : Alynpier


LE BARIL
Puis-je installer mon baril décentré, par rapport à la cheminée interne ? J’aimerais arriver à quelque chose qui ressemble à ce que j’ai dessiné sur mon plan


Oui absolument, puisque nous recherchons, dans la manière de poser le baril, la création de la forme en demi-lune (je te renvoie là au livre publié par Pascal sur cette question) qui permet d'orienter les fumées descendantes vers la banquette. Cependant, à regarder ton plan, je me pose la question du respect des dimensions entre ton foyer et la taille du baril. Ça me parait très disproportionné, même si le foyer est en 150. Es-tu sur de tes mesures, du rapport entre celles du baril et celles du foyer?

Citation : Alynpier


Je suppose qu'on ne compte pas la surface de la cheminée interne ?


On compte dans la SIA, la surface du baril enveloppant la cheminée interne (maçonnée ou moulée), mais pas la surface représentée par la cheminée elle-même, puisqu'on considère que les fumées commencent à échanger leurs calories en sortant de la cheminée, pas avant.

Citation : Alynpier

J’aime bien la solution de Cédric qui est de rajouter un morceau de baril pour avoir la dimension exacte. N’étant pas un pro de la soudure, je pense qu’on doit pouvoir raccorder les deux parties à l’aide d’une languette intérieure (un tour de baril de 5 cm) fixée des deux côtés avec des rivets pop.


Sans doute ta solution est nickel. Je dirai que le point le plus primordial à ce niveau là va être l'étanchéité du tout. Si tu rajoutes un morceau à un baril, alors ça devra être étanche au max, avec le scotch alu et de la bauge pour en être sur. Je n'ai par contre aucune idée de la résistance de rivets à de hautes températures... pas certain que ça tienne bien longtemps.
Mais si tu es encore à la phase de réflexion, donc avant construction (ce qui n'est pas mon cas, le rocket est déjà construit, et je dois malgré tout augmenter la hauteur du baril), alors privilégie une base maçonnée pour y poser le baril. Ça me parait plus raisonnable dans ce sens.

Citation : Alynpier

Plus j’avance, plus je me retrouve confronté à des « petits » détails que je compte bien résoudre avant de me lancer.
A vous suivre, c'est une mine et un vrai plaisir.


A mon avis, tu n'as pas fini de découvrir des petits détails, auxquels on ne pense qu'au moment de la construction... (une que nous avions complétement zappé par exemple : à quelle hauteur du sol positionner le foyer, pour qu'il soit agréable de le charger sans se casser les genoux ou le dos...?)

Je laisse la main aux expérimentés, qui pardonneront sans doute mes petites erreurs s'il y en a.

"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

 29/12/2016 23:49  

Status : hors ligne

caricion

Utilisateur

Arbustes
Enregistré: 14/03/2015
Réponses: 105
Citation : Moos


J'avais pensé à une pince à rétreindre évoquée sur ce forum pour préparer au mieux l'emboitement des deux futs, mais sur ce type d'acier, suis pas sur que ça soit assez costaud, et ... je n'ai pas de pince à rétreindre !



Bonjour,

à tout hasard, lors d'un stage on m'avait donné l'astuce suivante (que je n'ai pas expérimentée) :

poser deux parties de bidons au lieu d'un :

un "anneau" (plus ou moins haut) en partie basse, scellé et baugé.

et, enfoncé à l'intérieur, (donc à priori sans soudure) un autre baril par dessus (préalablement "rétreint"Wink.

les fumées "descendant", il est logique que le bidon du haut soit à l'intérieur (pensez à l'eau coulant sur un toit).

autres astuces dans cette configuration :
le bidon haut repose sur celui du bas en se posant sur un de ces anneaux (renflement caractéristiques des futs) [annneau du bidon haut].
Le bidon bas est découpé au niveau de son fond (ou son sommet) pour conserver le "tout petit renflement" caractéristique des bidons sorte de mini boudin -> pour supprimer le fond en conservant ce "tout petit renflement" on passe la disqueuse en biais sur le dessus (de sorte qu'elle frole le fond et ronge le bord du boudin côté intérieur) on arrive alors à "noircir" ce boudin côté intérieur et on peut alors enlever le fond (ou le dessus) en tapant dessus et on obtient surtout une coupure sans bavures (nette) qui permet d'enfoncer le second bidon à l'intérieur et qui garde toute la solidité du bidon.


Je pense que cela peut être la solution ....

 29/12/2016 23:57  

Status : hors ligne

caricion

Utilisateur

Arbustes
Enregistré: 14/03/2015
Réponses: 105
Citation : Alynpier



A priori, pas de souci avec le foyer moulé en mortier réfractaire, mais il me reste quelques questions.




Bonjour,

j'ai aussi trouvé ce schéma je suis pour l'instant sur ce choix mais en 200.

Par contre je trouve que cela est encore un peu loin d''un plan d'exécution.
Si on le compare aux dimensions données dans le tableau on ne sait pas à quoi elles renvoient:

le fond de la boite est "en V" => pour la hauteur de la boite tiens-t-on compte du fond ou du haut du V ?

la mesure de la hauteur de la cheminée interne est elle prise au sommet de la boite, du channel, du fond de la boite (fond ou sommet du V ?)

Existe-t-il des "plans côtés", reliés au tableau, qui lèveraient ces ambiguités ?

 30/12/2016 08:18  

Status : hors ligne

Moos

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 18/02/2016
Réponses: 174
Citation : caricion

Citation : Moos


J'avais pensé à une pince à rétreindre évoquée sur ce forum pour préparer au mieux l'emboitement des deux futs, mais sur ce type d'acier, suis pas sur que ça soit assez costaud, et ... je n'ai pas de pince à rétreindre !



Bonjour,

à tout hasard, lors d'un stage on m'avait donné l'astuce suivante (que je n'ai pas expérimentée) :

poser deux parties de bidons au lieu d'un :

un "anneau" (plus ou moins haut) en partie basse, scellé et baugé.

et, enfoncé à l'intérieur, (donc à priori sans soudure) un autre baril par dessus (préalablement "rétreint"Wink.

les fumées "descendant", il est logique que le bidon du haut soit à l'intérieur (pensez à l'eau coulant sur un toit).

autres astuces dans cette configuration :
le bidon haut repose sur celui du bas en se posant sur un de ces anneaux (renflement caractéristiques des futs) [annneau du bidon haut].
Le bidon bas est découpé au niveau de son fond (ou son sommet) pour conserver le "tout petit renflement" caractéristique des bidons sorte de mini boudin -> pour supprimer le fond en conservant ce "tout petit renflement" on passe la disqueuse en biais sur le dessus (de sorte qu'elle frole le fond et ronge le bord du boudin côté intérieur) on arrive alors à "noircir" ce boudin côté intérieur et on peut alors enlever le fond (ou le dessus) en tapant dessus et on obtient surtout une coupure sans bavures (nette) qui permet d'enfoncer le second bidon à l'intérieur et qui garde toute la solidité du bidon.


Je pense que cela peut être la solution ....




Bonjour Caricion,
Merci pour ta réponse aux nombreuses astuces, ça va bien m'aider...
J'avais pensé instinctivement à conserver le petit boudin de mon bidon aujourd'hui scellée, annelé de cuivre et baugé. D'instinct, j'y ai vu là un renflement plus costaud, qui en plus d'assurer une rigidité au bidon, me permettrai de mettre quelque points de soudure sans risquer de percer le fut. Je préfère assurer quand même la jonction et l'étanchéité des deux avec quelques points de soudure...
J'ai commencé le tour des voisins pour trouver une pince à rétreindre, mais ça n'est pas courant comme outil...
Je suis en phase de récupération de bidon, je prévois le chantier d'ici à 15 jours, pas possible avant et c'est bien dommage (savoir quoi faire et ne pas pouvoir dégager le temps nécessaire pour que le dragon tourne enfin seul, c'est un peu frustrant...!)
"Ne monte sur la marche que si tu es sur d'y tenir..." Et puis, non, en fait : "monte sur la marche, tombe, essaye de comprendre pourquoi, et remonte... " ;-)

Le fuseau horaire est CEST. Il est maintenant 12:25 .

  • Sujet Normal
  • Sujet important
  • Sujet clos
  • Nouvelle Contribution
  • Nouveau sujet important
  • Nouveau sujet clos
  • Vous pouvez lire ce forum 
  • Les anonymes peuvent dans ce forum 
  • HTML autorisé 
  • Contrôle vocabulaire