Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 24 sept. 2020 - 22:23

Profil
Découvrir
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

Salut Laurent, Salut Cédric, Salut Pascal, et vous autres Wink Je prends quelques jours "off" avec ma famille et lui redonne une priorité temporelle malgré combien est passionnante l'aventure Rocket. Je vous remercie donc énormément de vos réponses, et les lis avec beaucoup de plaisir ! c'est top ! J'attends donc impatiemment les suivantes avant de reprendre le partage de l'expérience Procket, avec ses déceptions, ses modifications et ses petites joies Wink A toute Smile !
Manuel P

Mise à jour de l'album : Manuel P Album

Manuel P Album
Manuel P

Mise à jour de l'album : Le Batch Procket - Réalisation - Flambées et modifications

Le Batch Procket - Réalisation - Flambées et modifications
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

Retour sur le chargement et la pyrolyse Chargement Ok Pascal, je vais essayer le top down, mais c'est vrai que comme Cédric je crains l'enfumage ! 2-3 fois j'ai voulu tenter, et au dernier moment je me suis rétracté pour faire "à l'ancienne".... J'en profite pour mettre cette vidéo où un chargement de Batch est présenté. Parallèlement à l'essai d'allumage façon "top down", je vais essayer de m'en inspirer : > création d'un "V" généreux en fond de box : je ne l'avais pas fait pour laisser les flammes le plus possible contre la vitre... > surélévation du chargement en partie haute de ce "V", ce qui laisse un fort courant d'air au fond du "V" : j'avais remarqué que mes bouts de bois faisaient obstruction à la circulation d'air contre la sole... essai à suivre. Toujours sur le chargement, j'ai à nouveau eu un retour de fumées avec une grosse buche de chêne de 50cm de long sur un bon 10-12 de diamètre, posée orgueilleusement sur une flambée modeste de bois petit-moyen... Les flammes on fini par s'éteindre, et paf retour de fumées par l'arrivée d'air générale. Même méthode que précédemment pour rétablir le tirage. J'ai réussi à la faire cramer, mais il a fallu que je la retourne plusieurs fois et que je tape les braises, bref, une combustion de poêle classique... et sale vu les fumées en toiture. J'en déduis qu'il va sans doute falloir que je fasse un bon boulot de refendage de buches... Les chargements observés sont avec des sections modestes, et soutenus par du petit-moyen bois... alors qu'avec le chargement sur le côté, je ne peux pas autant charger le foyer pour soutenir les moyennes-grosses sections avec autant de petites-moyennes sections. J'ai réussi à en faire partir des grosses buches, d'ailleurs j'ai eu des braises magnifiques, cf. album, mais on se rapproche franchement d'une combustion de poêle classique, voir quelque chose de moche et laborieux comme aujourd'hui (nota : bypass fermé, banc pas sec, et conditions météo de merde, 20°C ext., humide, pas de vent, ciel bas). J'ai aussi observé qu'en soufflant fort dans l'arrivée d'air générale avec le ventilo (à cause du retour de fumées), les fumées en toiture qui étaient gris-beurk avec la grosse buche éteinte, ont disparu complètement en moins d'une minute (je me suis même inquiété !). Et là, le conduit en pied de cheminée était bien chaud ! Je pouvais encore laisser ma main dessus : 45°C ? Alors que généralement, il est à peine à 25°C je pense... >>J'aimerais donc réussir à obtenir un tirage qui se rapproche de celui induit par le ventilo, grâce à un gros chargement de petit-moyen bois, et que : - ça évite les retours de fumées - ça pyrolyse plus - ça ne fume plus en toiture Pyrolyse Je soupçonne toujours le fait que d'avoir des flammes qui lèchent la vitre aident à la nettoyer... Et qu'un chargement sur le côté ne permet pas de mettre des buches en appui contre la vitre, comme on le fait contre les deux parois latérales avec un chargement par l'avant. D'ailleurs, sur la vidéo précédente, on voit les traces de suie au début et en haut des parois latérales, avant qu'elles ne soient au contact de la flamme, et c'est ce que j'ai sur ma vitre... sauf que moi c'est pire Wink J'ai aussi trouvé cette vidéo où un batch avec vitre sur le côté est développé : - par rapport au Procket, on voit que la vitre est plus éloignée de l'arrivée d'air, et plus proche du port, donc plus noyée dans le flux de flammes - on voit aussi que le chargement se fait par la face avant, et non sur le côté, donc que le chargement de paroi latérale à paroi larérale permet que les flammes lèchent la vitre. - on voit aussi que le mec coupe des buches dès l'introduction mdrrrr (le gars en question, Matt Walker je crois, n'est pas un fameux de Donkey32 que tu as évoqué Cédric ?) Aujourd'hui, si je devais recommencer : 1/ Au lieu de conserver l'aérodynamisme du foyer en l'adaptant à la vitre d'insert (et en obtenant ainsi un volume beaucoup trop grand, que j'ai du diminuer ensuite façon bricolo...), je conserverais avant tout le volume de la box ; 2/ Ce faisant, l'arrivée d'air et le port seraeint restés dans l'alignement central de la box, et non collés à la paroi du fond, ce qui désaxe l'entrée des flammes dans le port, et éloigne les flammes de la vitre (nota : le Procket et le "Batch 150 avec cloche" qui présentait le même problème de pyrolyse ont cette même configuration) ; 3/ J'intègrerais une vitre d'insert, fixe, à la paroi latérale de la box, car le spectacle est juste magnifique !! cf. vidéo précédente, ou lors d'une belle flambée dans le Procket vitre propre Wink Et cette vitre serait disposée plutôt côté port que centrale ; 4/ Je ferais un chargement par la face avant de la box, et c'est donc là que j'aurai une paroi amovible (vitrée ou non) Grosso modo, comme le modèle présenté avant, mais version maçonnée auto-construite Wink Devais-je en faire l'expérience avant de tomber sur ces vidéos ? Cry Wink
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

Trop cooooooool, des retours Big Grin Big Grin Big Grin Merci Cédric, merci Pascal !! Et Cédric, tes précisions pour la dégradation du béton cellulaire font VRAIMENT du bien Big Grin Je vais rester vigilent quand même Wink Bon, comme j'ai eu ces réponses (merci, vraiment, déjà je me sens moins seul !), que je poursuis les légendes des photos (j'ai de gros soucis avec les album... chronophage...) et qu'il y a une initiative dont je suis content, je vais l'inclure à cette discussion si ça peut en inspirer d'autres Smile FOCUS >> Prolongation d'un banc tuyauté par une banquette-cloche type "banc en cul de sac" faisant aussi office de "U-turn" Initialement, je voulais tout faire en banc chauffant, avec aller et retour dans l'assise. **** Mes difficultés et appréhensions **** - Pour avoir de l'inertie en Batch 180, j'envisageais 8m de tuyau je crois... Sauf qu'avec 4 coudes à 90° (coin du L aller + demi-tour + coin du L retour), j'arrivais à une équivalence à 12m linéaire (1 coude à 90° compté comme 1ml), donc trop pour la puissance du Batch 180 ! - Si je supprimais le L pour ne plus avoir les 2 coudes, je perdais 4m linéaire de tuyau, et avais une bien petite inertie... - Chaque coude me demandait une trappe de visite ! Et comment accéder au conduit retour, planqué au fond de l'angle du L ? Par le dessus ? - En respectant une pente ascendante de 2 cm/m je crois, pour obtenir une assise à 45cm de haut (soit une canapé classique avec l'épaisseur des futurs coussins...), le conduit aller devait débuter contre le sol, donc bien en-dessous de la surface de l'assise... Et ça, ça ne chauffe pas les fesses ! - En plaçant les deux conduits dans l'assise et en voulant conserver une profondeur d'assise classique de environ 60cm, à laquelle on soustrait : * isolation arrière béton cellulaire 5cm * conduit retour 20cm * conduit aller 20cm * carreau de plâtre de coffrage avant 7cm il reste uniquement 8cm entre les deux conduits ! Donc non seulement ça ne fait plus beaucoup de terre à chauffer, et pire j'avais peur que le conduit aller finisse par réchauffer le conduit retour, auquel cas la chaleur serait évacuée et non stockée... arg !! **** Modifications mises en œuvre **** >> Remplacement de la 2ème partie du L par une banquette-cloche type banc en cul de sac >> Positionnement du conduit retour dans le dossier, et non dans l'assise Inspiration : 1/ Principe du banc en cul de sac décrit par Peter Van Den Berg 2/ Principe du U-turn décrit par Le Pops 3/ Idée du conduit dans le dossier soufflée par l'album Dragon du Brésil 1/ Dans l'applicationPour l'application de Peter Van Den Berg, les deux banc en cul de sac sont des prolongements de la cloche, ne répondant pas au besoin que l'air fasse demi-tour au bout d'un banc avec conduit aller/retour. 2/ A contrario, le U-turn répond à ce besoin de demi-tour avec le moins de pertes de charge possible, et le moins d'investissement temps/argent/énergie ! Mais le U-turn n'est pas utilisé en tant que cloche. >> Je décide de coupler ces deux principes par la réalisation d'un banc rectiligne, dont le conduit aller débouche en partie haute d'une banquette-cloche faisant un angle à 90° avec le banc, et dont le conduit retour prélève l'air de cette banquette cloche le plus bas possible
- Nota : j'ai fait attention à ne pas reformer de coudes, malgré l'envie de plus diriger le conduit aller vers l’extrémité de la banquette par peur du court-circuitage - Nota : le petit monticule de terre pour envoyer le flux aller contre le plafond de la banquette n'est réalisé que sur une demie section du conduit, l'autre section étant en pente vers le sol de la banquette, afin que les cendres éventuelles tombent au sol de la banquette (pas d'obstruction) et que l'on puisse les récupérer - Nota : j'ai fait attention à ce que les deux conduits restent accessibles depuis la trappe - Nota : J'aurais aimé plus de hauteur pour plus de stratification, mais bon... Il m'importait a minima que la section de la cloche offerte au flux soit grande par rapport aux sections des conduits, de sorte à provoquer un ralentissement des fumées, indispensable à la stratification. **** Impacts *** - Suppression des 4 coudes du banc en L, et de 4 mètres de conduit inox - En conséquence, je diminue mes pertes de charge (ponctuelles et linéiques), et je peux conserver une forme en L avec désormais une SIA admissible, une surface rayonnante généreuse et une inertie non sabotée (la cloche, par son volume et ses parois de 7cm, présente du sotckage). - En conséquence, je remplace mes théoriquement 4 trappes de visite par une unique trappe de visite en bout de banquette : visite du volume de celle-ci, et récupération des éventuelles cendres aux débouchés des conduits aller et retour lorsque ceux-ci sont ramonés. - En conséquence, je gagne de l'argent (suppression de 4m de tuyau inox à 30€/ml + 4 coudes à 25€/u remplacés par coffrage en carreaux de plâtre récupérés et béton cellulaire pas bien cher, et dessus de banquette en béton armé pas bien cher non plus)... par contre, par rapport à un banc rempli de terre et coffrage temporaire en bois, je fais mal à l'environnement... arf... - En conséquence, j'obtiens deux bouts de conduits indépendants l'un de l'autre, de 2ml chacun, au lieu d'un unique conduit de 8ml : désormais le conduit aller peut partir quasi sous les fesses ! 4cm de dénivelé contre 16cm ! En découpant un conduit par des cloches intermédiaires, on peut désormais faire un trajet "en dents de scie" : * qui "touche" régulièrement la surface * dont la profondeur moyenne est proche de la surface * en rajoutant pas ou peu de pertes de charges (liberté dans les cloches) au lieu d'un conduit avec une pente constante : * qui "touche" la surface seulement à son arrivée * dont la profondeur moyenne est loin sous la surface ! Nota : remplacer un conduit continu par un conduit avec cloches intermédiaires demande de bien étancher les nouvelles liaisons créées... ! Nota : nécessité d'une trappe à chaque cloche intermédiaire, celle-ci étant un point bas par rapport au conduit suivant ? - Et j'étais aussi très séduit par le principe de la cloche : récupérer gentiment les fumées les plus froides naturellement stratifiées au sol, plutôt qu'un flux forcé par la poussée du rocket à travers un long linéaire de conduit, imposant changements de direction, etc, avant évacuation des fumées... Dans un banc tuyauté, les fumées diminuent en température tout au long du banc, mais on les force quand même à monter (conduit avec pente ascendante) pour favoriser le tirage. Alors que dans la cloche, elles refroidissent et elles descendent en harmonie/cohérence, jusqu'au pied de la cheminée où là on les évacue par tirage. Donc à mon sens, avec une cloche, moins de risque de perte de tirage voire de retour de fumée que pour un banc en cas de conduit sur-dimensionné et/ou trop biscornu. Ce qui m'embêtait avec la cloche, c'était, sans doute, une inertie plus faible qu'un banc tuyauté. Il faudrait faire le calcul. Là, avec les deux, je suis content ^^ - Enfin, en plaçant le conduit retour dans le dossier : * le conduit aller a toute l'assise à chauffer, donc on rétablit l'inertie système classique * le conduit retour a le dossier à chauffer, donc on ajoute même de l'inertie au système * le dossier offre un rayonnement horizontal bien sympathique, plutôt que dirigé vers le plafond comme pour l'assise Merci Dragon du Brésil ! **** Les essais **** - Attention, tout ceci doit être pondéré par le fait que la terre entourant les deux conduits en amont et en aval de la banquette-cloche n'est pas sèche (enduit chaux la recouvrant encore gris). - Constats : En seconde partie d'une bonne flambée, l'endroit de l'assise contre le conduit aller crache ses fumées en sous-face, est "chaud modéré", type radiateur basse température. Le reste de l'assise de la banquette est tiède, ou "tièdasse" aux endroits les moins exposés. Les parois verticales en carreaux de plâtre 7cm ép. sont "défroidies" (nette différence avec le carrelage). La trappe installée en bas de la paroi verticale en bout de banquette est chaude. - Conclusions : * La chaleur est bien diffusée à tout le volume de la cloche, pas de court-circuitage malgré la proximité relative des conduits aller et retour
Manuel P

Mise à jour de l'album : Le Batch Procket - Réalisation - Autres fichiers

Le Batch Procket - Réalisation - Autres fichiers
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

Bon, j'avais déjà écrit ça, alors je le poste, et puis fini Wink ! FOCUS Retour sur quelques points évoqués ci-avant >> Les ressources mises en ligne Dissociation de mes albums - Le Procket de la Sionnière - Le Batch Procket - Réalisation - Photos - Le Batch Procket - Réalisation - Flambées et modifications - Le Batch Procket - Réalisation - Autres fichiers >> Les schémas de principe Ceux que j'avais intégrés dans le descriptif général en tête de rubrique ont été supprimés (cf. déplacement des fichiers de l'album...), donc les revoici (clic pour affichage en grand) :
>> Isolation en béton cellulaire : le point qui me fait TRÈS très mal... Ma sole est soutenue avec du béton cellulaire, or Cédric tu écris... :
A éviter directement sous le foyer car il se désagrège assez vite, et aussi éviter le contact avec le baril
Et du béton cellulaire, ép. 10cm, sous la sole : c'est mon caaaas Cry Cry Cry !! Alors je ne sais pas exactement combien de temps ça veut dire "assez vite"... Ça va bien tenir un hiver je pense, mais l'idée, c'était plus 10, 15 ! Cédric, une précision peut-être ? Des exemples ? Je me rassure aussi en ayant lu cet extrait du livre de Pascal "Rocket stoves - Feux de bois et poêles de masse (2eme édition)" Puisque c'est ici proposé, j'espère donc que ce n'est pas catastrophique non plus... voire que c'est fait par certains, et que ça tient... Pascal, Cédric, vous autres, retours d'expérience pleaaaaase ? >> Vitre d'insert placée sur le côté du foyer, chargement et pyrolyse : - Comme le dit Cédric, c'est moins pratique pour un chargement complet du foyer, je confirme. Alors est-ce parce que le bois et donc les flammes ne viennent pas s'appuyer contre la vitre que ça pyrolyse mal ? A priori non, cf. réponse de Cédric également avec son exemple en bout de tunnel... mais je cherche des explications... - J'ai fait des modifications de volume du foyer, et aussi une déviation du flux de flammes "en banane" (vu du dessus) de sorte à ce que ce les flammes se rapprochent de la vitre. - J'ai aussi modifié ma manière de charger, mais j'attends toujours vos retours (faut dire que j'ai posté à fond ces derniers jours, je ne fais quasi que ça !). - Pour les feux qui ont suivi, la pyrolyse semble s'améliorer, en tout cas sur la moitié de la vitre côté port. Et lorsqu'il y en a, la suie déposée dans cette partie s'en va très facilement avec un papier. - Je ne pense pas qu'un manque d'air comburant soit en cause : * du point de vue du débit d'air, et donc des pertes de charges en amont de l'introduction de l'air primaire dans la box, le trajet de celui-ci est ridicule comparé au cheminement dont certains témoignent sur ce site. En amont encore, la prise d'air se fait dans la maison qui est trèèèès loin d'être étanche... donc à mon avis, pas de souci de débit. * du point de vue de la teneur en oxygène, comme l'air primaire est pré-chauffé, sa masse volumique et donc la teneur en O2 diminue par rapport aux expériences de PeterBerg où l'air primaire n'est pas préchauffé. Voir ci-dessous pour un peu plus de détails. - Le joint d'étanchéité (existant) de la liaison dormant / ouvrant est pourri ! J'avais fait un test au fumigène qui mettait bien ça en évidence. Et comme Cédric, tu écris dans le retour d'expérience précédent :
La vitre latérale était rarement pyrolysée, et son cadre était peu étanche, alors c'était moche...
je suppose que ça a un impact sur la pyrolyse. J'avais de toutes façons prévues de changer ce joint (sécurité). Je crois que l'explication est "vitre non étanche >> air ambiant injecté dans le foyer >> refroidissement de la combustion >> diminution des chances de pyrolyse (et de post-combustion, cf. post ci-avant). C'est ça ? Outre l'aspect de la température, il y a aussi l'aspect "souffler sur les braises" comme lu sur le forum, qui participe au rendement je suppose. Or dans les vidéos "test P-Channel" mises dans l'album, la 4ème montre que le souffle d'air sur les flammes est beaucoup moins intense quand la vitre ouverte. Bon, entre des joints non étanches et avoir la vitre ouverte, il y a de la marge, mais quand même Wink - Vitre propre, le spectacle est tellement beau (une vraie tuyère !) que si je dois un peu nettoyer la vitre à chaque fois, je crois que je le ferai Wink Mais si je peux m'éviter ça... ...A suivre grâce à vos remarques et conseils ?
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

FOCUS Influence du préchauffage de l'air primaire ? Ok Cédric pour l'info sur les moteurs à explosion ! Je ne savais pas que l'air comburant le plus froid possible était bénéfique ! Et c'est vrai qu'intuitivement, je comprends qu'un delta de température entre deux gaz est favorable à leur explosion, ce delta étant déjà une "rupture", un "choc"... ça me fait penser à la formation des éclairs par exemple, entre une couche d'air froid et d'air chaud - et sans allumette Wink ! Et je partage ton incertitude quant à l'extension de cet exemple aux poêles ou tout autre système de combustion sans explosion... - Les "pour" : aider à un mélange homogène ? Je crois que pour une combustion hors explosion, on cherche à obtenir une turbulence (obtenue dans les rockets lorsque les gaz frappent le bas du heat riser et changent brutalement de direction, suivi des vortex) afin que le mélange air/carburant soit le plus homogène possible, pour qu'il y ait un maximum d'interaction entre les deux, et donc combustion sans imbrulés. On recherche donc un mélange homogène. Or, gaz de températures différentes = stratification. A priori ça se mélange moins bien quoi ! Aussi je me dis qu'amener un air comburant préchauffé peut faciliter le mélange, donc la combustion. - Les "pour" : ne pas refroidir le foyer / utiliser la chaleur pour la combustion elle-même Je me dis aussi que toute l'énergie qu'il faut amener pour porter l'air comburant (primaire) à la température de combustion, est désormais utilisée pour la combustion elle-même. Par exemple pour un poêle classique avec réglage de l'air primaire, beaucoup de fabricants conseillent de diminuer le débit une fois la combustion établie pour ne pas refroidir le foyer. C'est par exemple primordial pour l'air secondaire, sans quoi la double/post combustion n'est pas possible (elle a lieu à plus de 600°C). Donc autant gagner quelques dizaines de degrés en préchauffant l'air primaire ? - Les "pour" : attention, Wikipédia ! Poêle turbo. On y lit
Le premier principe a consisté à intervenir sur le mode d'introduction de l'air primaire et sa température : rien n’empêche de prélever un peu de chaleur sur la combustion pour préchauffer puis surchauffer l'air primaire avant son introduction à la base du foyer. Cette quantité de calorie dérisoire, ajouté au comburant a un effet très bénéfique sur la combustion (on peut faire l'analogie avec le moteur diesel où l'élévation de la température des mélanges (carburant comburant) s'auto-inflamme).
Bon, moi ça me fait plaisir à lire parce que ça va dans le sens de ce que j'ai fait, mais pas de source précise, etc... Non, ce n'est pas moi qui ai écrit cet article Monkey - Les "pour" : témoignage d'un monsieur améliorant son insert en préchauffant l'air primaire et en injectant celui plus au centre du foyer. Lien. Il y a aussi une citation comme quoi "Poujoulat prétend que préchauffer l'air de combustion amène un gain jusqu'à 10%." Bon. - Les "pour" : étude de M. MICHOTTE de la société "3J Consultant" pour "Le REactif", hébergé sur le site https://energie.wallonie.be/ Là, c'est du sérieux ! On sait qui cause. Expertise en thermique industrielle, efficacité énergétique, et cogénération. Il a travaillé pour le compte des "Techniques de l'Ingénieur" à Paris, et ça, pour avoir eu de ces documents entre mes mains... respect ! "Le REactif" est "le point énergie de la Wallonie pour les professionnels et décideurs", il est édité par le Service public de Wallonie : ça semble pas mal ! Pendant que j'y suis, d'autres paramètres sont abordé (exemple : air parasite dans le foyer), et et ce que j'ai survolé semble hyper intéressant ! * Document en ligne : Voir le paragraphe "Préchauffage de l'air" * Version .pdf sans les figures : idem, voir en page 9. Extraits : " Le préchauffage de l'air comburant par récupération de la chaleur des fumées constitue un moyen radical pour augmenter le rendement de combustion.
Le rendement de combustion devient : Rendement de combustion=1- ((Qf-Qr))/Qg ce qui revient à "corriger" la perte à la cheminée Qf en la diminuant de la puissance thermique récupérée Qr via le préchauffage de l'air comburant. Un four dont les fumées sortent par exemple à 900°C, a un rendement de combustion de 56% #avec air comburant froid# et de près de 70% #avec un air comburant préchauffé à# 400°C. Le gain sur la consommation s'élève alors à 100 x (1 - 56/70) soit près de 20%. "
. WAHOUUUUUUUUUUU Big Grin Big Grin Big Grin !! Bon, Wahou à modérer Wink : 1/ Pour les +20% de rendement, l'air comburant est tout de même porté à... 400°C avant d'être injecté dans le foyer ! En ce qui concerne le Procket, lors des premières petites flambées, par curiosité j'ai passé ma main dans l'orifice d'arrivée d'air générale (à travers l'enveloppe en béton cellulaire), et je n'ai pas pu maintenir le moindre contact avec le P-Channel ou le plafond de la box. C'est donc très chaud, plus de 70°C je pense (mais précisément ?), et encore, cette partie est en permanence refroidie par le flux descendant de l'air ambiant, et c'était mes premières flambées. Donc la température de surface de la box doit être bien plus chaude au niveau des prises d'air primaire et secondaire.... Donc l'air primaire est préchauffé à 100°C ? 200°C ? Qui prend les paris ?! ;D Allez, pour se faire plaisir, avec une extrapolation linéaire sortie de derrière les fagots : - Préchauffage 400°C => rendement +21% - Préchauffage 1100°C => rendement +53% on obtient "Augmentation rendement = 0.053 x Préchauffage - 0.33", soit pour une hypothèse de préchauffage de l'air primaire à 100°C, une augmentation du rendement de 5%, et de 10% à 200°C. Bon, eh ben même +5% sur mon rendement, je prends Wink 2/ Dans cette expérience, on ne sait pas si le flux d'air injecté est augmenté lorsque l'air est préchauffé, de sorte contrebalancer la diminution de sa concentration en O2... Ce qui n'est pas réalisé, le cas échéant, dans un rocket. 3/ Pour être exact, dans l'étude la chaleur Qf pour préchauffer l'air comburant est prélevée aux fumées avant leur évacuation. Alors que dans le Procket, la chaleur est prélevée à la box : dans l'équation, cela reviendrait donc à remplacer Qf par Qp (pertes du foyer). Mais... comme le foyer est placé dans la maison, cette chaleur n'est pas perdue, puisque utilisée pour le chauffage de la maison. Donc c'est perturbant ! Sauf que l'autre différence, c'est que dans l'étude, le système est maintenu à un point de fonctionnement donné, et ce n'est pas le cas du Procket : l'air injecté étant plus chaud, sa température de fonctionnement augmente (Qc), alors que si on arrive à stocker suffisamment dans la masse, la température en sortie sera constante (Qf). Donc grosso modo : - Etude : on abaisse la température en sortie du système par prélèvement de chaleur dans les fumées (Qf diminue), à point de fonctionnement constant (Qg et Qc), - Procket : on augmente le point de fonctionnement du système (Qc augmente), en maintenant constant (grâce au stockage de la chaleur) la température en sortie du système (Qf constant). Et comme le rendement s'écrit "Rendement de combustion = Qc/Qg", à Qg fixe (quantité de gaz dans l'étude, donc de bois pour le poêle), en augmentant Qc, on a bien augmenté le rendement. Je me trompe ??? - Les "contre" : à débit fixe, diminution de la teneur en oxygène injecté dans le foyer lorsque la température augmente Or, dans les Rocket, le débit d'air primaire est fixé, la bête tourne à fond, point. Or, Peter Van Den Berg a proposé une section d'arrivée d'air primaire pour un air primaire non préchauffé... Selon l'évolution de la masse volumique de l'air en fonction de la température, la masse volumique (donc l'oxygène injecté dans la box, à débit constant) diminue quand même de 20% pour un air primaire passant de 20°C (ambiant) à 80°C... Je ne sais pas du tout comment ça se passe à plus haute température. On peut observer que pour un poêle à bois, tout au long de la flambée, si l'apport en air est constant, alors le rapport air comburant / combustible (ie la surface de bois en train de bruler) varie complètement ! Alors que maintenir constante la richesse du mélange est une vraie prise de tête pour les systèmes à combustible liquide ou gazeux. De même, pour certains Rocket fonctionnant a priori très bien, l'air comburant fait tout un parcours avant d'être injecté dans la box, donc avec les pertes de charges linéiques et ponctuelles : le débit est forcément moins fort que celui préconisé par Peter Van Den Berg pour ses modèles avec prise d'air directe dans la pièce, sans conduit quelconque. Donc relativement à ces deux constats, que penser d'une variation de + ou -20% d'oxygène selon la température de l'air injecté ? Ou alors, on peut faire l'hypothèse que plus il y a de surface de bois à bruler, plus il y a une montée en température du foyer, donc plus il y a tirage, donc plus il y a d'air aspiré dans la box... Et donc que grosso modo, qu'il y aurait une auto-régulation de l'air injecté selon les besoins de combustion, ce qui n'était pas pris en compte dans la réflexion du paragraphe précédent. Selon cette hypothèse, le système serait capable de palier à un air primaire moins riche en oxygène car préchauffé, en aspirant plus fort celui-ci pour entretenir la combustion. Conclusion ?? Dites-le moi si je dis des conneries Mr. Green ^^ Ou si tout ceci est plus barbant qu'intéressant, auquel cas j'arrête vite de passer des heures et des heures à partager Wink D'ailleurs, malgré la topissime réponse de Cédric, eh oui quand même !, j'ai désormais posté un paquet de questions sans réponses, remarques, conseils, retours... Donc je m'arrête là en attendant que des bons échanges remplacent un foutu monologue Big Grin
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Procket de la Sionnière - Réalisation

*** erreur de post ***
Manuel P

Réponse dans le forum : Re : Batch rocket en 150 avec cloches

Nota : Cédric a répondu à ma demande de retour d'expérience dans le topic Procket de la Sionnière - Réalisation

Notre réseau : 2723 membres, 1524 articles et 1156 "intersphèrences". En ligne depuis 15 ans 241 jours 4 heures 33 minutes et 19 secondes...

Dernières visites

SCCI SCCI
AMO
Pascal B.
marta96
nishthagarg
Samuelecolo
jeniferperez
PillsBills
Jacobliam
ima
BBdoc
juliecarpet17
hugo-web
casinoreviews
lasvegascasino

Agrandissez votre sphère...

Construire sa yourte et son poêle de masse

Fabriquer sa yourte - Guide pratique de conception et de réalisation

Plus confortable qu’un tipi, une yourte est aussi plus facile à démonter, à transporter et à stocker. Dans ce guide pratique vous allez découvrir une yourte légère, un habitat simple et bon marché qui peut être réalisé par tous. Son montage ou son démontage ne prend pas plus de 15 minutes. La conception et les étapes de sa fabrication sont clairement expliquées pour vous permettre de réaliser votre projet en 7 jours. Ce livre est rédigé pour vous accompagner tout au long de la construction mais aussi lors de l'utilisation de votre futur habitat. Le choix de matériaux naturels pour l'armature, de matériaux recyclés pour la couverture et l'isolation, leurs mises en œuvre avec des outils simples, les règles de calcul pour toutes les dimensions, la conception d'un système électrique autonome et d'un chauffage sans oublier la réglementation sont les chapitres qui vont vous transformer en heureux propriétaire d'une yourte adaptée à vos besoins.

Acheter maintenant | Plus d'infos

Rocket Stoves - Feux de bois et poêles de masse

Le poêle de masse rocket est un concept révolutionnaire de poêle à bois qui permet une combustion très propre et une utilisation efficiente de la chaleur produite. Il transforme presque tout le bois en chaleur, et peut stocker presque toute cette chaleur générée pour un confort optimum lorsque vous en avez besoin. Un poêle de masse Rocket peut être autoconstruit facilement même par des personnes peu expérimentées et dans tous les types d'habitats : maison en terre, en paille, en pierre, en bois, yourtes...

Acheter maintenant | Plus d'infos

Rocket Stoves Révolution

De nouveaux poêles se sont développés depuis quelques années sur la base du poêle rocket. Dans ce livre, qui est un complément au Rocket stoves - Feux de bois et poêle de masse écrit par le même auteur, vous découvrirez l'ondol, le poêle oxalys, le Rocket Batch Box, le DSR et le Rocket Batchblock. Réunies dans un même ouvrage, les présen;tations de ses différents modèles vous permettra de mûrir votre réflexion sur votre futur poêle de masse.

Acheter maintenant | Plus d'infos

Rechercher un autre livre

Saisir votre mot-clé et cliquer sur "Go". Le site ecologie-pratique.org est partenaire du site Amazon.

Les annonces

Pascal B.

En cliquant sur ces liens vous quitterez notre site :
formations corab.org fabriquersayourte.com farinepainbio.com geobiologie-sante.com libre-office.fr pascalburnet.com rocketstoves.fr