Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 23 janv. 2017 - 15:37

L’éveil de la permaculture

Alors que les écosystèmes menacent plus que jamais de s'effondrer, la permaculture laisse entrevoir une lueur d’espoir… A la croisée de l’ancien monde marchand et consumériste et du nouveau monde de la créativité et du partage, le film L’éveil de la permaculture, d'Adrien Bellay en salle le 19 avril 2017 au cinéma, nous invite à un voyage initiatique au pays de la permaculture.

Formations théoriques d'APPROCHE-Paille

Autoconstruire n’est pas un acte anodin et anticiper tous les obstacles pour mieux réussir est un gage de responsabilité pour tous. Suivre une formation, c’est s’engager sérieusement à réussir le projet. Vous êtes intéressés par les maisons à ossature bois et l'isolation en ballots de paille. L'association APPROCHE-Paille vous propose des stages de formation sur 2 jours, pour mieux préparer votre autoconstruction.

Formations conception : Monter un projet de construction en paille :

- Orléans (45) : les 10 et 11 décembre 2016
- Challans (85) : 28 et 29 janvier 2017
- Lons-le-Saunier (39) : 18 et 19 février 2017
- Cahors (46) : 8 et 9 avril 2017

Qu’est-ce qu’on attend ?

Qui croirait que la championne internationale des villes en transition est une petite commune française ? C’est pourtant Rob Hopkins, fondateur du mouvement des villes en transition, qui le dit. « Qu’est-ce qu’on attend ? », le nouveau film de  Marie-Monique Robin qui sort aujourd'hui en salle, raconte les multiples initiatives qui permettent à cette petite ville alsacienne de 2 200 habitants de réduire son empreinte écologique.

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. « L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis). Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?