Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 20 août 2018 - 03:00


 22/01/2013 23:46 (Lu 8503 fois)  

Status : hors ligne

Baptiste

Utilisateur

Germes
Enregistré: 20/01/2013
Réponses: 20
Localisation:Ardeche / Burkina / Maroc
Ici on poursuit nos recherche commencé dans les commentaire d'une image sur un projet d'amélioration d'une distillerie artisanal dans le savane Burkina. pour ceux que ça intéressent je remet donc la photo à partir de laquelle tout à commencé. (malgré mes efforts je sais que je suis nul en orthographe... milles excuses, merci de lire entre les fautes...)

Distillerie Burkina


Voici une petite distillerie artisanale situé au pied des falaises de Banfora au Burkina Faso. comme vous pouvez le voir, les villageois brûlent d’énorme troncs d'arbres, participant pleinement au phénomène de déforestation en pleine essore dans cette région du globe. De plus l’alcool produit ici est de si mauvaise qualité que le gardien du site, sourd et muet de naissance est désormais également aveugle...( contiens du méthanol à la place de l'éthanol) Apparemment la température idéal pour distiller est à 70°, la chaleur doit aussi être répartie de manière la plus homogène possible afin de ne pas caraméliser le fond du baril. Bref voici plusieurs années que nous cherchons une solution. un système au bain mari avec chauffage solaire et appoint aux bois aurai été pas mal mais il est très difficile de trouver les contenants nécessaire à la fabrication. Peut être un système semis enterré avec un genre de Roket??? la bouteille est lancée si il y a des gens que ça intéressent...

Comment ça marche?
c'est juste un Baril de 200 litre posé sur "un feu de camp"Le baril et rempli au 3/4 d'un mélange fermenté d'eau et de sucre. Le haut du Baril est fermé d'un couvercle duquel sort un petit tuyau par lequel passent les vapeurs d'alcool, le tuyau plonge dans la rivière pour condenser les vapeurs qui s'écoulent ensuite dans un bidon de 20 litres avec un peu de coton en guise de filtre.

Le TOP serait de concevoir "un poêle a paille"! la distillerie est dans un site naturel absolument magnifique victime chaque année des feux de brousse. Ces derniers sont alimentés par un couvert d'herbes denses de 2 à 4 mètres de hauteurs infligeant à la maigre forêt galerie des morsures qui finirons par lui être fatales. Un poêle à paille valoriserait une ressource qui aujourd'hui est un fléau!

 23/01/2013 00:28  

Status : hors ligne

Baptiste

Utilisateur

Germes
Enregistré: 20/01/2013
Réponses: 20
Localisation:Ardeche / Burkina / Maroc
Après quelques échange avec Pascal je soumet un premier schéma :
Schéma distillerie de Siaka

j'aimerai éviter d'avoir recoure à l'eau pour faire un bain mari par ce qu'on a déjà cherché ce fameux récipient de 300 litres qui nous permettrai de faire faire trempette au baril de 200 litres et qu'on ne l'a jamais trouvé. Alors pourquoi pas du sable?! Pour avoir marché en tongues dans le désert, je sais bien que le sable et conducteur et qu'il garde la chaleurs. J'aime aussi les ignames cuits dans le sable sous les braises mais comme je suis pas un as en physique, j'avais un doute. j'ai donc fait un test dans ma cuisine en faisant chauffer 10cl d'eau au "bain de sable mari"... ça marche super!
Et si apparemment les fours qui marche au roket ça n'a pas l'air d'être du tout cuit, dans mon prochain Roket, je vais tester un bac à sable juste à l'entrée du banc derrière le Baril pour faire cuire mes patates!
Brique de cendre

cette brique de cendre est composé de 25% d'argile pour 75% de cendre. Il y a surement des amélioration à faire pour qu'elle soit plus solide (celle de la photo était sur le haut de la chambre de combustion et elle a été piétiné par une vache) mais au niveau isolation c'est nikel! même après des heures sous les flammes, le dos de la brique était toujours froide, on voit d’ailleurs qu'elle n'à cuit que sur 2 cm d'épaisseur.

Pour revenir au schéma, j'y ai mis 4 cheminées, c'est des tubes en métal qui servent généralement à faire des hangars où des paillotes, ils doivent faire environ 6 cm de Diamètre. j'ai lu sur ce site qu'on pouvait avoir plusieurs conduit et additionner leurs surfaces?... Tout est maintenant une histoire de proportion. Le "tunnel" par lequel entre le combustible fais 60 cm de long, c'est beaucoup, le foyer ne vas t-il pas manquer d’oxygène? Je serai au Burkina dans un mois, j'aimerai éviter les "le feu s’éteint tout seul" ou "j'ai pas de tirage"...

 23/01/2013 07:46  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
Est-ce que le baril de 200l est un impératif ?

Sinon une solution pourrait être d'en trouver un plus petit pour le mettre au bain-marie dans celui de 200 litres.

Une grande bassine de 25-30 cm de haut pourrait peut être aussi faire l'affaire avec le baril de 200l, car il ne doit pas être nécessaire que le baril soit complétement immergé pour que le bain-marie fonctionne.

[J'en profite pour déplacer ton album dans celui des rockets]

 23/01/2013 11:21  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Salut Baptiste,

Voila un post qui me plait bien en plus de me faire bien rire ! J'affectionne particulièrement ce genre d'installation "artisanale"

Tout d'abord niveau sécurité, le methanol est TRES toxique, il semble qu'une dose de methanol pur de 150ml, soit l'équivalent d'un verre, est la dose léthale, celle qui rend mort...
A plus faible dose, comme tu le dis, ca rend aveugle et cause plein d'autres troubles neurologiques et digestifs.

Donc il faut absolument séparer le méthanol de l'éthanol qui nous interesse (celui qui rend bourré !) et c'est pas si simple.
L'ethanol s'évapore à 79° et le méthanol a 65°. Mais ces températures sont assez proches et c'est très difficile (voire impossible) de les séparer par simple distillation fractionnée sur un système aussi peu régulé qu'un rocket, même avec un thermomètre !
La solution la plus simple est de récupérer les alcools dans 10 récipients successifs pendant la distillation, des bouteilles par exemple.
Les bouteilles 1à3 contiennent un maximum de méthanol, tu peux directement les jeter au feu pour alimenter ton foyer, c'est de l'alcool à brûler très toxique.
Les bouteilles 4à6 contiennent un mélange de méthanol et d'éthanol que tu dois remettre à distiller.
Les bouteilles 7-8 contiennent de l'éthanol que tu peux consommer. Le degré d'alcool ne sera pas très élevé, tu pourras redistiller pour l'augmenter.
Les bouteilles 9-10 contiennent encore de l'éthanol et plein d'autres choses qui vont évaporer à plus haute température (eau etc...) à remettre à bouillir.
Je pense qu'il faut reproduire le processus plusieurs fois pour obtenir quelque chose d’intéressant.

Ca n'a pas l'air simple mais t'as pas vraiment le choix si tu ne veux pas t'empoisonner comme le gardien et tellement d'autres gens partout dans le monde.

Tu n'es pas obligé de faire un bain marie pour bouillir ton mélange, tu peux le faire directement sur un feu plus faible (car n'importe quel feu arrive facilement à 70°)
Cependant, le bain marie à l'eau a l'avantage de faire monter la température lentement et, à l'inverse du sable, l'eau se réchauffe par convection donc circule de bas en haut et uniformise la température de ton mélange, ce qui est beaucoup mieux pour distiller par palier francs.

Un poêle à paille est réalisable mais vu la très faible densité de la paille il faudra un foyer très grand. Ou alors peut-être fabriquer des buchettes de paille compressée comme on peut le faire avec des journaux.
Sinon à volume égal, la paille doit contenir 100 fois moins d'énergie que le bois, alors a moins de bruler la paille sous une énorme cloche ouverte en bas et de poser le contenant en haut, je vois pas, mais c'est une piste intéressante à explorer vu que le combustible est abondant.

Il faut aussi savoir qu'un rocket a la particularité de bruler du bois à haute température (je dirais 800°) , beaucoup plus qu'un feu normal (autour de 400° au pifo). Et aussi il faut comprendre que pour bien distiller, il faut respecter des palliers de température qui correspondent aux températures d'ébullition des différents liquides, afin de mieux les séparer. Il est préférable d'avoir un feu doux et long que trop vif où tout va s'évaporer en même temps.

Ensuite, pour les problèmes de tirage, tu as peu de chances de les rencontrer dans un rocket d'extérieur à l'air libre. Ce que tu as pu lire sur les forums parlent de rockets d’intérieur à haut rendement sur lesquels on a un tube très long pour récupérer un maximum de calories, et cela freine les gaz. Ces systèmes sont aussi bien dimensionnés du début à la fin et on cherche à déclencher une double combustion en haut de cheminée interne en mettant les gaz en pression à haute température (proche 1000°). Tu n'auras rien de tout ca sur un rocket d'extérieur avec un récipient d'eau qui ne dépassera pas 70° en sous face.

Pour ton système, je verrais bien un foyer au sol ou tu brules de la paille ou du gros bois
-Au dessus un peu décalé un baril de 200litres ou on a enlevé le fond et le haut, il servira de cheminée pour créer l'effet rocket, et des pierres sur 2/3 de la circonférence au sol pour le soutenir et le surélever .
-A l'intérieur du baril, un récipient de diamètre plus petit pour faire ton bain marie, comme un chauffe-eau électrique découpé sur le haut, ou un baril plus petit. Il sera directement au dessus de la flamme et les fumées le lècheront tout autour.et pour être sur que ca marche bien, laisse plusieurs centimètres d'écartement entre le baril extérieur et le récipient de bain-marie.
-Dans ton bain marie tu mets ta gamelle à tuyau avec le moût fermenté à bouillir comme dans ton système actuel.
Ainsi on a un gros foyer qui permet de bruler aussi de la paille, et une grosse cheminée de cuisson dans laquelle tu pourras faire bouillir 50 litres de moût à vue d’œil, enfin ca dépendra des récipients que tu trouves.

Et un bisou à la vache !

PS : je connais pas la législation au Burkina, mais en France on n'a pas le droit de distiller. Et je ne peux pas non plus te conseiller de consommer le produit, n'ayant aucune garantie sur sa non-toxicité...Mais le projet est vraiment intéressant !

Cédric
J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 23/01/2013 12:29  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1372
Localisation:Surgères
Une précision sur la distillation. En France on peut distiller dans certaines conditions mais il faut le déclarer et payer les taxes.

Voir cette page pour plus d'infos

 23/01/2013 20:52  

Status : hors ligne

ceddz

Utilisateur

Chênes
Enregistré: 02/11/2009
Réponses: 636
Localisation:Taller, Landes
Merci Pascal, très bon lien avec plein d'infos.

Cependant, pour résumer, distiller simplement à la maison est interdit

Une exception existe : avoir un verger cadastré, de déclarer aux douanes la possession d'un alambic ainsi que les heures d'utilisation et les quantités distillées. ET en payant une taxe d'environs 14€ par litre....
Traduction du texte : hors cas rarissimes, exceptionnels et très couteux, tu ne distilleras pas à la maison.

Tous les autres cas nécessitent de passer par un distillateur industriel ou un alambic municipal, avec lequel tu payes la même taxe et avec encore d'autres obligations déclaratives aux douanes.....

Mais en effet, c'est pas complètement interdit !

A la votre !


J-200 à la maison, [url=http://www.ecologie-pratique.org/forum/viewtopic.php?showtopic=3919]Batch180 dans la grange [/url]

 24/01/2013 15:17  

Status : hors ligne

Baptiste

Utilisateur

Germes
Enregistré: 20/01/2013
Réponses: 20
Localisation:Ardeche / Burkina / Maroc
Bonjour et merci pour vos réponses!

Une petite photo pour vous faire partager l'ambiance:
Eco site où se trouve la distillerie


Législation : de la théorie à la pratique:
Au Burkina, l'économie informelle fait vivre plus de la moitié de la population. C'est un vendeur ambulant, une marchande de beignets, le bois du village vendu en ville, la production de charbon... Bref toutes ses activités non déclarées mais vitales pour la survie des personnes les plus démunies. Parmi ses activités il y en a qui sont illégales comme par exemple "la coupe abusive du bois" et surement aussi la distillerie de Siaka. Ces activités étant considérées comme un moyen de survie, il y a un seuil de tolérance. L'état évite de trop taper sur ceux qui n'ont rien: la misère et le sentiment d'injustice sont le creusé des soulèvements populaires. Par contre d'autres activités considérées comme "criminelles" sont sévèrement réprimandées: c'est le cas des vendeurs de "médicaments de la rue". Tant que la distillerie de Siaka ne sert qu'à abreuver les soûlards du village, il ne sera jamais inquiété.
Je ne suis pas un grand amateur d'alcool fort, mais au delà de l'aspect sanitaire qui est l'essentiel, avoir un alcool local sain nous permetterait de valoriser nombres de petits fruits sauvages aux saveurs à peine croyable! Ces derniers sont aujourd'hui consommés que par les singes, quelques enfants, et moi à l'occasion! Ils poussent sur des arbres que les villageois préfèrent souvent abattre pour leur bois que de les garder vivant pour leurs fruits. Trouver une valeur économique aux fruits et baies sauvages: voila une autre de mes vraie motivation. Et si un jour par miracle nous sommes capables de produire "un grand crue" il sera toujours temps de déclarer l'activité et de payer les taxes: Principale condition je pense pour obtenir l'autorisation.

Trop de défi tue le défi
Je ne sais pas exactement pourquoi mais je me souviens que Siaka est très attaché à garder le baril de 200 litres... Toutefois, vue l'ampleur des défis, on peut réfléchir en dissociant chacune de nos exigences à savoir:
- extraire le méthanol
- distiller sans brûler trop de bois
- Brûler de la paille
- est-ce que ça marche avec un fût de 200 litres?

Extraire le méthanol :
J'ai trouvé ce site qui m'a apprit plein de trucs sur la distillation. Ils ont un forum, je leur soumetterai aussi le défi.
http://www.fairesagnole.eu/page1/page66/methanol.html

Je met mon baril sur le feu en obturant le tuyau par lequel sort l'alcool. Je fais monter mon moût fermenté à 75 degrés. J'éteins le feu, j'ouvre mon tuyau et laisse sortir le métanol et descendre la température jusqu' à 64 degrés. Je recommence jusqu'à ce que plus rien ne coule du tuyau. Si le système fonctionne avec un accumulateur de chaleur... comme par exemple le sable dans le schéma présenté 2 messages plus haut, le moût restera plus longtemps à la température souhaitée, limitant la contrainte de devoir éteindre et rallumer le feu. Ensuite, on prend encore soin de retirer la tête et la queue de l'alcool distillé à raison de 50 ml par 10 litres de moût comme conseillé dans le lien ci-dessus, voire 100 ou 150 ml histoire d'être sur et parce qu'on aura du mal à tenir les 78 degrès. Alors vous en pensez quoi?

Concernant le sable : Au risque de montrer mon vrai visage de tête de noeux, je suis pour l'instant toujours sous le charme du sable!... Quand j'ai fait chauffé un bol d'eau dans un "Bain de sable mari", le sable est monté plus vite en température que l'eau. J'ai coupé le gaz et quelques minutes après l'eau était plus chaude que le sable! Mon ignorance en physique me donne accès à l'enthousiasme et l'émerveillement du novice! Au regard de cette expérience je pense que l'effet pallié est limité. Le fait de pouvoir noyer mes cheminées dans le sable contribue également à une meilleure homogénéité. Là où j'en suis franchement je ne titille pas sur l'effet bain mari, l'essentiel étant d'extraire ce foutue méthanol. La principale qualité recherchée ici est donc l'inertie du sable qui devrait nous permettre de mieux stabiliser la température. C'est d’ailleurs cette qualité du Rocket et de son accumulateur qui m'a mit la puce à l'oreille pour tenter de trouver une solution. Pendant que j'y suis, le principal défaut du schéma et je pense, qu'il est impossible de sortir le Baril pour le nettoyer. Il faudra au minimum ajouter une purge.

Distiller sans Brûler trop de bois.
Si j'ai bien compris ton plan Cédric, la flamme lèche le récipient de 50 litres, il n'y a donc pas de bain mari? Dans ce cas on peut construire directement en brique de terre crue autour du baril de 200 litres avec une porte en tôle sur une face pour pouvoir l'extraire. C'est plus simple que le schéma... à voire si on peut se passer du sable pour mieux stabiliser la température.

Brûler de la Paille:
Il faut trouver le système qui fasse qu'on ne soit pas obligé d'entretenir le feu toutes les 5 secondes pendant 5 heures! Soit on a une combustion inversée avec nos pailles verticales qui alimentent le foyer par gravité... avec un énorme cendrier ! Soit il faut des briques compactées. Ces dernières qui ont surement déjà été inventées ne se sont pas vulgarisées sur tout le continent pour la raison principale qu'elles demandent plus de travail et sont donc plus chères que "la coupe abusive du bois". Règle d'or du développement local, pour qu'une technique soit viable elle ne doit pas demander, à bénéfice égal, plus de travail ! Comme ça, ça à l'air évident... et pourtant... je dérive !... Puisqu'ici on ne veut pas vendre des briques en ville mais brûler la paille là ou elle pousse, on peut imaginer un système qui tasse la paille directement dans ce qui sert de foyer et voir si ça dure assez longtemps pour atteindre les 70 degrès. Le Top serait peut être un système de paille compacté à combustion inversée. J'ai donc essayé de faire un foyer à paille à l'image du foyer à sciure trouvé page 38 dans le support de préparation au stage poêle de masse de la maison du kilowatt ( http://www.oxalis-asso.org/?p=1769 ) une mine d'info trop bien ! J'ai donc réussi la première étape mais quand j'ai mis le tuyau pour canaliser la chaleur, le feu c'est étouffé.. game over. Pourtant, au risque de me répéter, un genre de truc comme ça à combustion inversé me semble une bonne piste d'exploration.. Bref, pas au point tout ça. Pour finir sur ce sujet, utiliser l'énergie de la paille pourrait servir dans de nombreux sites... mais si on pouvait éviter de faire des distilleries partout ce serait pas plus mal, on peut donc déjà se triturer l'esprit pour trouver un système efficace pour canaliser cette énergie, on aura ensuite que l'embarras du choix pour les applications (séchoir, four à pain, à viande, à poterie... j'ai vu qu'on arrivait à faire des turbines avec des rocket, hummm!!...)

Si on s'enlève la contrainte du fût de 200 litres, on peut utiliser des canaris en terre, il y en a qui font plus de 30 litres ! C'est magnifique et c'est le contenant traditionnel pour faire bouillir des trucs comme la bière de mil. J'en ai pas sous la main mais je vous enverrai une photo de foyer pour préparer ce breuvage, vous allez voir, c'est classe ! Enfin si vous avez tout lu jusque là, vous avez une patience à tout épreuve, vous pouvez donc faire enseignant en ZEP. Merci!

 26/01/2013 01:12  

Status : hors ligne

Baptiste

Utilisateur

Germes
Enregistré: 20/01/2013
Réponses: 20
Localisation:Ardeche / Burkina / Maroc
Des réponses sur le méthanol
Après l'ouverture d'une session sur un forum spécialisé dans la distillerie, j'ai eu plein de réponses de gens aussi sympathique que compétant!
http://www.fairesagnole.eu/forum/viewtopic.php?f=2&t=5412

Pour résumer, le méthanol est issue principalement de la fermentation du bois (branche, queue de fruits, noyau...) et de la pectine. Dans un moût fermenté de sucre il ne doit, dès l'origine, en avoir que très peu. C'est pourquoi mes interlocuteurs sont sceptique sur le fait de chercher les causes de la cécité du gardien dans la présence de méthanol dans le moût. Soit ce pauvre homme est atteint d'une maladie dont la cause est toute autre, soit des substances toxique sont bien présente dans l'alcool mais sont le résultat d'autres facteurs comme l'utilisation de matériel pas adaptés comme le Baril ou le tuyau en plastique, la présence de pesticide...? tout ceci reste encore un mystère mais l'opportunité qui nous est offerte de mesurer le pourcentage de méthanol dans l'alcool produite nous éclairera sur de nombreux points.

Donc pour faire un alcool pas trop mauvais dans des conditions moins pire,
les premières mesures à prendre sont :


-ne pas respirer les vapeurs : est-ce qu'un simple tissue ou masque en coton contre la poussière suffit? ou sinon quel genre de protection?

-Tenter malgré tout d'obtenir une température proche de 80 ° mais inutile de chercher à extraire d'abord le méthanol en éteignant et rallumant le feu pour garder une température entre 64 et 70 le temps que le liquide arrête de couler de mon tuyau, je peu me contenter de retirer la tête et la queue.
-Comme il y à très peu de méthanol dans le moût de sucre fermenté l'alcool en sortie ne devrait pas être plus nocif qu'un autre. Par contre si un jour on veut faire un moût de mangue ou de pomme cajou, le problème sera différent.

Le fuseau horaire est CEST. Il est maintenant 03:00 .

  • Sujet Normal
  • Sujet important
  • Sujet clos
  • Nouvelle Contribution
  • Nouveau sujet important
  • Nouveau sujet clos
  • Vous pouvez lire ce forum 
  • Les anonymes peuvent dans ce forum 
  • HTML autorisé 
  • Contrôle vocabulaire