Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 18 nov. 2017 - 05:21


 01/03/2010 09:35 (Lu 10039 fois)  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1354
Localisation:Surgères
Reçu ce matin :

Le Réseau "Sortir du nucléaire" est votre Réseau - Vous avez le droit de savoir

Par Didier Anger
Frédéric Boutet
Chantal Cuisnier
Stéphane Maimbourg
Véronique Marchandier
Pierre Péguin
Alain Rivat
Isabelle Taitt

Administrateurs du Réseau "Sortir du nucléaire" jusqu'en février 2010


Nous nous devons de porter à votre connaissance les faits qui se sont déroulés au sein de l’administration et de la direction du Réseau Sortir du nucléaire depuis décembre 2009, jusqu’à l’AG du 6 et 7 février 2010 à Lyon. Ces faits ont gravement remis en cause le fonctionnement démocratique du Réseau dont vous êtes membres, et les fondements même de la lutte antinucléaire.


Début décembre, le Conseil d’Administration (CA) s’est trouvé mis devant le fait accompli suivant :

1/ Une lettre du directeur administratif Philippe Brousse décidant, sans concertation avec le CA, l’engagement d’une procédure "pouvant aller jusqu’au licenciement" du porte-parole Stéphane Lhomme.
2/ Une lettre des autres salariés posant un ultimatum de grève illimitée... si le CA entravait la procédure.
3/ Le sort de Stéphane Lhomme devait être "tranché" lors d’une simple réunion téléphonique le 9 décembre.


Résistant à la pression des salariés, et en l’absence de faute grave, la majorité du CA a rejeté le 3 janvier le licenciement de notre porte-parole. Tandis que la majorité des salariés se mettait en grève, le directeur administratif tentait le lendemain même d'imposer le licenciement, au mépris de la légitimité du CA-employeur. Une semaine plus tard, il menaçait le CA par lettre recommandée de mettre l’affaire devant les prud'hommes pour "remise en cause de ses prérogatives".

La majorité des salariés a poursuivi la grève durant le mois de janvier malgré la présence d'une médiatrice mandatée à leur demande. Des négociations, des recherches de solutions au quotidien, et des déplacements des membres du CA à Lyon eurent lieu pendant toute cette période mais les "revendications" des grévistes étaient irrecevables : demander des sanctions contre un autre salarié et la restriction de ses missions, cela ne relève pas de revendications professionnelles mais de la prise de pouvoir. Du coup, la situation est restée bloquée et, l'AG approchant, les salariés ont décidé de l'instrumentaliser pour avoir un CA à leur convenance. C'est inadmissible.


C'est pourtant ce qui s'est passé lors de l’AG des 6 et 7 février qui fut littéralement prise en otage, les salariés, le directeur administratif et la minorité du CA ayant dramatisé la situation à outrance :

- Par une mise en scène de la grève qui ne laissait supposer d’issue que dans la révocation du CA ,
- Par une alerte sur la situation financière du réseau, de la part des directeurs administratif et financier (confortée par un commissaire aux comptes) pour imposer le caractère "urgent" et "indispensable" de débarquer la majorité du CA, présentée comme responsable de cette situation,
- Par la main-mise sur la tribune, les débats, la rédaction des motions, et par l'utilisation de méthodes inqualifiables (censure sur l’accès au micro, empêchement physique de l’accès à la tribune)


C'est dans ces conditions que l’AG a voté la révocation du CA dans son ensemble (malgré les statuts qui prévoient un renouvellement annuel par tiers), et l’installation d’un CA provisoire dans des circonstances et modalités précipitées et pour le moins contestables : absence de listes des inscrits, attribution fantaisiste de nombreuses procurations, ordre du jour non suivi (1), sans oublier une brusque augmentation du nombre d'adhésions juste avant l'AG.

La tentative de licenciement de Stéphane Lhomme, qui reste sur un "siège éjectable", et la révocation du CA cacheraient-elles en réalité une divergence stratégique et politique de fond (2) ? Nous sommes nombreux à le penser. Par ailleurs, face à une tentative de prise de pouvoir bureaucratique, il est indispensable de préserver l'organisation démocratique, décentralisée et non hiérarchisée qui a fait la force du Réseau jusqu'à aujourd'hui.


L’AG de juin 2010 devra élire un nouveau CA et juger du bilan du CA provisoire qui a été élu sur une "feuille de route" technique. Un processus démocratique, clairement défini et ne pouvant souffrir aucune contestation, doit désormais être mis en oeuvre dans le Réseau Sortir du nucléaire. C’est pourquoi nous vous invitons de toute urgence à signer la proposition en annexe afin qu'elle soit en vigueur lors de la prochaine AG en juin 2010.

Si vous êtes d'accord avec cette proposition de scrutin, merci de nous le faire savoir sur reseau.democratie@free.fr


Didier Anger
Frédéric Boutet
Chantal Cuisnier
Stéphane Maimbourg
Véronique Marchandier
Pierre Péguin
Alain Rivat
Isabelle Taitt

Administrateurs du Réseau "Sortir du nucléaire" jusqu'en février 2010



(1) En particulier : l'assemblée générale exceptionnelle, qui était régulièrement convoquée et devait se tenir le 7 février à 10h, n'a pas eu lieu. or, elle devait entre autre permettre d'adopter des mesures visant à protéger le Réseau, comme l'impossibilité pour un représentant d'une autre association nationale de se faire élire au CA du Réseau (problème de double porte-parolat)

(2) Le conflit a éclaté juste avant Copenhague à propos de la signature par le Réseau de l’appel "Ultimatum climatique", adressé à Sarkozy, et qui "oublie" de préciser qu'il ne faut pas utiliser le nucléaire sous prétexte de protéger le climat. La majorité du CA et Stéphane Lhomme ont pris clairement position contre la signature de ce texte, contrairement aux autres salariés et à une minorité du CA. Il est d'ailleurs à noter que, lors de l'AG de février, une motion a tranché le débat et nous a donné raison en rejetant la signature par le Réseau de tout texte sur le climat qui ne condamne pas explicitement le nucléaire.
Dans le Réseau, certains veulent privilégier la lutte contre le changement climatique au détriment de la lutte contre le nucléaire. Mme Lauvergeon a déclaré à l’Assemblée Nationale le 9 décembre 2009 : "Dans les années soixante-dix, le mouvement écolo s’est développé à partir de sa lutte antinucléaire, mais je pense qu’une scission interviendra sous peu entre les écolos "canal historique", qui resteront antinucléaires jusqu’à la fin des temps, et les écolos modernes qui vont finir par reconnaître que le nucléaire fait partie des solutions." La prophétie de Mme Lauvergeon serait-elle en marche jusque dans le Réseau ?


---------------------------------------------------------------------


Proposition pour un scrutin démocratique dans le Réseau "Sortir du nucléaire"


Dans le cadre de la période provisoire en cours, suite à la crise interne et dans le but d'éviter toute contestation possible, un nouveau mode de scrutin doit être mis en place pour être en vigueur dès la prochaine élection prévue en juin 2010.


A ce jour :

- un administrateur n'est élu sur aucune orientation ou positionnement, il se présente juste devant l'assemblée, en expliquant d'où il vient et quelle association il représente. Il est nécessaire que les administrateurs soient enfin élus sur des orientations, sur un programme.

- sur 870 associations membres du Réseau, et environ 500 à jour de cotisation, quelques dizaines seulement sont présentes et décident pour tout le monde. Cela laisse la place à des manœuvres indignes comme ce fut le cas en février 2010. Ces méthodes d'un autre temps, qui ont permis le renversement du CA en bafouant les statuts, doivent disparaître.


Ce que nous proposons :

Il faut mettre en place pour l'élection de juin 2010 d'un système comparable à ce qui existe dans diverses grandes organisations démocratiques.

Ainsi, ce scrutin :
- doit se faire sur la base de textes d'orientations défendus par des listes de candidats.
- doit comprendre un vote par correspondance (*) complété à l'AG par les présents qui n'auraient pas voté par correspondance. Le dépouillement a ainsi lieu lors de l'AG comme d'habitude.

Auparavant, une commission électorale pluraliste (et comprenant des personnes extérieures) doit être mise en place afin de vérifier la sincérité de la liste des associations adhérentes, et en particulier d'expliquer :
- la brutale augmentation, juste avant l'AG de février 2010, du nombre des associations adhérentes
- le nombre surprenant de procurations utilisées lors de cette AG


Pour éviter toute suspicion légitime, il est indispensable de réserver le droit de vote aux adhérents de l'année n-1 (en l'occurrence 2009) comme cela se fait dans la plupart des grandes organisations démocratiques. Ce mode de scrutin démocratique et transparent est compatible avec les statuts actuels et peut donc être en vigueur dès juin 2010. A défaut, le "putsch" de février 2010 sera malheureusement légitimé. Il est encore temps de refaire du Réseau une organisation démocratique.


(*) Les associations adhérentes reçoivent, avec les documents préparatoires de l'AG : les textes d'orientation et les listes de candidats, une enveloppe pour voter à mettre dans une enveloppe "T" adressée à une boite postale au nom d'une personne neutre (avocat du Réseau, huissier, etc)

 01/03/2010 17:52  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1354
Localisation:Surgères
Et voici la réponse :

Informations suite au message "Réseau – Vous avez le droit de savoir" daté du 1er mars 2010

Bonjour,

Vous avez reçu ce matin (lundi 1er mars) un message intitulé "Le Réseau "Sortir du nucléaire" est votre Réseau - Vous avez le droit de savoir". Ce présent mail a pour but de vous donner des éclaircissements suite à cet envoi.

Les expéditeurs du message que vous avez reçu ce matin ont usurpé l'identité du directeur du Réseau "Sortir du nucléaire", Philippe Brousse, et ont piraté toutes les listes électroniques de diffusion du Réseau Sortir du nucléaire.

Bien que le Réseau "Sortir du nucléaire" ne soit pas responsable de cet envoi, nous vous adressons nos excuses pour la gêne occasionnée.

Les signataires de ce texte sont 8 anciens administrateurs du Réseau (sur les 18 que compte le CA). Ils ont été révoqués par un vote majoritaire à 75% de l'Assemblée générale statutaire (86 pour, 19 contre, 4 abstentions et 6 refus de vote) qui s'est déroulée les 6 et 7 février 2010 à Lyon. L’avocat et juriste du Réseau "Sortir du nucléaire" était présent tout au long de l'Assemblée générale pour en garantir la conformité aux statuts de l'association et à la jurisprudence.

Un nouveau Conseil d’Administration a été élu pour un mandat temporaire qui court jusqu’au 30 juin 2010. L’AG lui a donné des orientations claires, qui font l’objet d’une feuille de route détaillée. Une nouvelle Assemblée générale est d’ores et déjà prévue courant juin, au cours de laquelle un nouveau CA sera élu.

Dans le message qu’ont diffusé les 8 administrateurs révoqués, ceux-ci présentent leur version de certains faits concernant un conflit interne à l’association, qui s’est déroulé en décembre 2009 et janvier 2010. Ces faits, et la version qu'en donnaient les différentes parties au conflit, avaient été rendus publics à toutes les associations membres de notre fédération dès avant l’AG de février. Ils n’avaient pas vocation à être connus plus largement, puisqu’ils concernent le fonctionnement interne de la fédération.

La quasi-totalité des salariés du Réseau ont été en grève du 5 janvier au 7 février pour des motifs professionnels relatifs à leurs conditions de travail. La première mission que l’AG a assigné au nouveau CA était de "terminer le conflit actuel et remettre le fonctionnement du Réseau en marche". Dès son élection le 7 février, le nouveau CA a apporté des réponses aux revendications des salariés, ce qui a permis la reprise du travail le lendemain.

Le CA temporaire a également pour mission de proposer à la prochaine AG des modalités pour le lancement d’une réforme du fonctionnement du Réseau.

Pour les personnes intéressées, plus d’explications seront disponibles dans les prochaines semaines sur cette même page.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" est un outil précieux, qui permet à tous d'agir ensemble pour un monde sans nucléaire, dans le respect du pluralisme des sensibilités. Aujourd’hui, toute l’équipe s’active pour mettre en place nos prochaines actions contre le nucléaire (pétition nationale pour un débat public sur le démantèlement ; Chernobyl Day 2010 ; revue trimestrielle ; etc.).

Par votre soutien et votre participation aux actions du Réseau "Sortir du nucléaire", vous nous accordez votre confiance. C’est pourquoi nous avons souhaité vous apporter sans tarder ces quelques éclaircissements, brefs mais essentiels.

Très cordialement,

Le Conseil d'administration du Réseau "Sortir du nucléaire"

 12/03/2010 07:48  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1354
Localisation:Surgères
Une autre réponse
Chers sympathisants, adhérents et donateurs du Réseau "Sortir du nucléaire"

Bonjour,

Notre dernière Assemblée Générale (AG) s'est tenue les 6 et 7 février 2010 à Lyon.

Comme chaque année, nous mettons à votre disposition en toute transparence l'ensemble des documents de l'AG : documents préparatoires, comptes rendus des débats, campagnes et motions. Téléchargez ces documents sur la page : http://www.sortirdunucleaire.org/info/

Cette année, cette rencontre a eu lieu dans un contexte plus complexe que les années précédentes. En effet, notre fédération traversait depuis plusieurs semaines une crise interne sérieuse. Suite à un conflit salarial grave et récurrent, 11 des 13 salariés étaient en grève, et le Conseil d'Administration (CA) était divisé sur la gestion de ce conflit.

Tous les groupes adhérents avaient reçu avant l'AG un dossier complet relatant ces difficultés.

Les participants de l'Assemblée Générale ont décidé à une large majorité d'élire un CA renouvelé et provisoire jusqu'en juin prochain, ce qui a permis de débloquer la situation.

Une polémique regrettable, en plein chantier de sortie de crise

Le 1er mars, 8 des 18 membres de l’ancien CA ont diffusé un texte pour remettre en cause le déroulement de l'AG. Suite à un détournement des listes mails du Réseau, ce texte a été diffusé à près de 100 000 adresses, adhérents, sympathisants individuels de l'association, mais aussi auprès des médias. Ce texte faisait état de soupçons de "manipulation" et d'"instrumentalisation" antidémocratique en raison de "divergences politiques". Ces accusations graves veulent faire croire que le Réseau se détournerait de son engagement antinucléaire. Il n'en est évidemment rien : comme vous le constaterez dans notre carnet de route et d'actions ci-dessous, nous menons fermement la bataille contre l'industrie nucléaire !

Nous déplorons qu'une telle démarche intervienne alors que l'Assemblée Générale a strictement respecté les règles démocratiques. Le Conseil d'Administration était bloqué : sa révocation est apparue à l'AG comme étant la seule issue. Cette révocation, qui a été votée avec une majorité de 75%, est un acte parfaitement légal. Chaque administrateur sortant pouvait présenter sa candidature au nouveau CA. A la demande du précédent CA, le juriste de l'association était présent et a veillé à la légalité du déroulement de l'assemblée générale.

Le nouveau CA s'est vu confier une mission complexe, ainsi qu'une charge de travail très conséquente en un temps limité. Nous ne voulons pas nous perdre dans des querelles internes. Nous souhaitons consacrer nos forces à la lutte contre notre adversaire commun : le nucléaire. Et conserver la confiance, votre confiance, pour mener à bien les projets constructifs que le Réseau a toujours su vous proposer.

Vous êtes nombreux à nous avoir demandé des explications. Les documents d'AG devraient répondre à la plupart de vos interrogations. En complément, vous trouverez des réponses à vos questions les plus fréquentes, mises à jour régulièrement, sur le site : http://www.sortirdunucleaire.org/info .

Evoluer... pour mieux fonctionner

L’Assemblée Générale de février a souhaité qu'une nouvelle AG se tienne assez rapidement. Pourquoi ? Tout au long de ces années, le Réseau a grandi. Il est passé de 30 à 872 groupes, de 2000 à plus de 26 000 sympathisants signataires de sa Charte, de 1 à 13 salariés.

Au fil du temps, le Réseau a multiplié le nombre de projets et d'actions, représentant une masse de travail énorme qui repose sur la bonne volonté de salariés et de bénévoles très sollicités. Comment faire face à tous nos projets en tenant compte de nos forces, qui restent limitées à nos moyens associatifs ? Comment adapter nos règles de fonctionnement pour faire vivre une fédération d'ampleur nationale, et même internationale ?

Pour répondre à ces questions, le nouveau CA a été mandaté pour présenter lors de la prochaine AG les bases d'un chantier de re-fondation. Cette Assemblée générale extraordinaire se tiendra les 19 et 20 juin prochain à Lyon. Nous sommes au travail pour la préparer !

Notre carnet de route et d'actions

L'AG a également décidé de grandes actions que nous devons mener cette année et les suivantes.

- Le 26 avril, à l'occasion du Chernobyl Day, de très nombreuses actions auront lieu partout en France et à l'étranger.

Chernobyl Day sera l'occasion de mettre en lumière l'actuelle catastrophe sanitaire en Biélorussie et d'aider l'Institut Belrad, seul organisme scientifique totalement indépendant de l’industrie nucléaire, à aider les populations des zones contaminées. Toutes les informations relatives au Chernobyl Day 2010 seront bientôt accessibles ici : http://chernobyl-day.org .

- Le Réseau s’engage pour l’obtention d’une Convention d’élimination des armes nucléaires.

Alors que se profile, en mai 2010, la Conférence d’examen du Traité de Non-Prolifération, le Réseau s’engage au côté de Armes nucléaire Stop et du Mouvement de la Paix pour l’obtention d’une Convention d’élimination des armes nucléaires. La communauté internationale se dit prête à engager un processus de désarmement nucléaire, mais la France s’y oppose explicitement.

Du 28 avril au 5 mai, plusieurs militants jeûneront à Paris pour porter le message de cette campagne. A suivre…

Le Réseau apporte également son soutien au Collectif "Non au missile M51", qui organise le samedi 3 avril une inspection citoyenne de la base militaire de Mont de Marsan.

- Déjà 15 000 personnes ont signé la pétition exigeant un vrai débat public sur le démantèlement des centrales… et vous ?

A nos côtés, demandez l’ouverture d’un débat public contradictoire, équitable envers toutes les parties prenantes, honnête et non truqué, sur le démantèlement des installations nucléaires et le devenir de leurs déchets radioactifs. Signez la pétition : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/petition-debat-demantelement.html

- Faire de la sortie du nucléaire un enjeu majeur des élections présidentielles et législatives.

Afin que la sortie du nucléaire soit au coeur de la campagne et des élections de 2012, nous entamons la préparation d’un plan d’action sur 2010, 2011 et 2012.

Actualité... à suivre de près

Bien sûr, en fonction de l'actualité, il faut se tenir prêts à réagir. C'est ainsi que le Réseau a lancé il y a quelques jours une action d'alerte, qui a été largement reprise par les médias.

Les 8 et 9 mars a eu lieu à Paris une « Conférence internationale sur l’accès au nucléaire civil » à laquelle étaient invités 65 pays. La veille de cette foire promotionnelle du nucléaire, nous avons révélé au public des documents confidentiels d’EDF, qui démontrent que l’EPR présente un sérieux risque d’accident majeur – risque pris en conscience par EDF pour des raisons de calcul économique.

Nous avons organisé à proximité de la conférence une action militante et une conférence de presse qui a été très suivie.

Pour en savoir plus, consulter les nombreuses reprises dans les médias et télécharger les documents confidentiels : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/EPR-revelations.html

L'actualité du nucléaire et de ses alternatives, c'est aussi bien sûr la revue trimestrielle "Sortir du nucléaire", dont le n°45 est en cours de bouclage. Si vous ne connaissez pas encore notre revue, découvrez gratuitement le précédent numéro ici : http://www.sortirdunucleaire.org/dossiers/revue.html

Le nucléaire et son lobby ont la vie dure. Mais le Réseau, avec vous, avec tous, poursuit son aventure fédératrice unique : rassembler un maximum de groupes, d'idées, de sensibilités, de luttes... pour sortir du nucléaire au plus vite !

Très cordialement,

Les 9 administrateurs bénévoles du Réseau "Sortir du nucléaire" :

Jacky Berthomé
Rémi Filliau
André Larivière
Cédric Lucas
Jean-Marc Luquet
Steven Mitchell
Daniel Roussée
Nadine Schneider
Rémi Verdet

 18/05/2010 08:38  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1354
Localisation:Surgères
Message du 12 mai 2010


Réseau "Sortir du nucléaire" : Remettre les pendules à l'heure, et vite !
De la part du Conseil d'administration, le 12 mai 2010.

Bonjour,

Alors que divers mails polémiques circulent au sujet du Réseau "Sortir du nucléaire", son Conseil d'Administration tient à apporter des précisions à tous les groupes, adhérents et sympathisants qui le composent.

Elus au Conseil d'Administration pour 5 mois*, notre légitimité est incontestable mais notre tâche franchement pas simple.

Depuis le 7 février 2010 nous avons dû :
- gérer de graves tensions internes, résoudre une grève et remettre en route la machine
- gérer une situation financière inquiétante, héritée du précédent mandat, et lancer les mesures nécessaires
- assurer quantité d'actions militantes et la masse d'activités administratives courantes

Tout cela nous demande, à tous, administrateurs et salariés, un investissement considérable et une équipe solidaire, dans un contexte malheureusement de plus en plus malveillant.

Nous regrettons profondément que quelques personnes, des militants comme nous,
avec qui nous avons mené des campagnes,
avec qui nous avons construit le réseau,
des personnes que nous avons soutenues,
orchestrent un tel travail de déstabilisation par internet en mettant en doute l'engagement antinucléaire du Réseau "Sortir du Nucléaire" et de son CA actuel.

Si certains d'entre vous, suite à ces campagnes de sape répétées et mensongères, peuvent avoir un doute sur la solidité du Réseau, nous en sommes désolés : ce doute est infondé.

Les administrateurs du Réseau "Sortir du nucléaire" sont tous totalement, sincèrement et clairement antinucléaires,
ils bossent sans arrêt et ne sont à la botte de personne,
ils ne sont pas "tombés sur la tête" ;
d'ailleurs le bilan des actions récentes et de la communication du réseau en témoignent.

Nous avons voulu jouer l'apaisement et ne pas rentrer dans la surenchère aux mails stériles et destructeurs qui circulent depuis l'AG de février.

Mais aujourd'hui, tout cela va beaucoup trop loin.

Certains nous disent ne pas comprendre le licenciement du porte-parole ainsi que la plainte que nous avons déposée.

Concernant cette plainte "pour faux et usage de faux, et pour atteintes au système automatisé de données de l'association", elle a été déposée en ultime recours, à l'encontre de Stéphane Lhomme (ex porte-parole) et contre X. Elle n'est en aucun cas dirigée contre des militants antinucléaires, comme le colporte une pétition fantaisiste en circulation.

Oui, Stéphane Lhomme a participé de façon positive à l'évolution du Réseau "Sortir du nucléaire" pendant plusieurs années : création d'une notoriété médiatique, dossiers "chauds", analyse politique, etc. Il a aussi accumulé diverses fautes, essentiellement de type relationnel, au fil des années.

Il aurait pu, il aurait dû profiter de cette période de CA provisoire et renouvelé pour repartir sur de nouvelles bases.
Pourtant il a travaillé contre lui-même en récusant immédiatement toute légitimité au CA provisoire,
en refusant de venir aux réunions post-AG, en abandonnant de façon unilatérale sa fonction de porte-parole,
en lançant fin février, avec des membres de l'ancien CA, une opération de défiance sur la ligne antinucléaire du Réseau "Sortir du nucléaire" à grande échelle.

Comment imaginer qu'un employeur puisse accepter qu'un de ses salariés pirate sa base de données pour envoyer à plus de 100 000 contacts un message portant gravement atteinte à ce même employeur ?

Si l'AG de février a décidé que : "L’ensemble du personnel salarié du Réseau sera conservé pour la totalité du mandat du présent CA dans le respect du code du travail et des ressources financières", elle n'a pas signé un chèque en blanc.
Or, Stéphane Lhomme a commis plusieurs manquements graves au droit du travail et à ses fonctions, non seulement fin 2009, mais aussi après l'Assemblée générale qui a voté cette disposition.

Si nous avons fait ce choix difficile, unanimement, dans notre diversité et notre indépendance, c'est que l'affaire était trop grave, menaçant la cohésion et l'avenir du réseau, en plein questionnement sur sa pérennité financière.

Pensez-bien que nous aurions préféré ne pas en arriver à une telle extrémité mais ces choix, si durs qu'ils soient, nous les assumons librement et en conscience.

En acceptant ce mandat, nous n'en imaginions pas la difficulté ; et que nous aurions à faire face à de tels agissements.

Une perte de confiance, de votre confiance serait fatale au Réseau.

Les 12 autres salariés du réseau, dont le directeur, sont soumis à rude épreuve, certains ont été exposés publiquement et un site internet diffamatoire vient de leur être dédié, créé par leur ex-collègue, Stéphane Lhomme.
De cela personne ne parle.
Il ne faudrait pas trop tirer sur la corde : il est temps que cesse cette escalade de violence gratuite !
Nous les remercions ici et témoignons de leur total engagement, trop méconnu, moins médiatique mais indispensable, au service de la Fédération.

Vous avez répondu nombreux à notre appel "5000 mercis", manifestant ainsi votre attachement au Réseau, acteur incontournable et unique des luttes antinucléaires, dont la situation financière se redresse heureusement.

Pour les groupes adhérents, la prochaine Assemblée Générale extraordinaire aura lieu à Lyon les 19/20 juin, dans un esprit que nous souhaitons plus que jamais positif et respectueux ; nous comptons grandement sur les contributions constructives des groupes.

Cette AG sera le lieu pour lancer le chantier de réflexion sur la réforme de notre structure qui a bien grandi : comment évoluer ; par quels moyens ? Nous voulons continuer à construire, nous refuserons la casse du Réseau "Sortir du nucléaire" car celle-ci - au final - ne pourrait que servir le lobby nucléaire !

Restant à votre disposition pour toutes questions, nous vous remercions de votre attention portée à ce courrier, qui est à diffuser largement !

Sincères salutations antinucléaires,

Les administrateurs titulaires et suppléants :
Titulaires : Jacky Berthomé, Rémi Filliau, André Larivière, Cédric Lucas, Jean-Marc Luquet, Steven Mitchell, Daniel Roussée, Nadine Schneider, Rémi Verdet.
Suppléants : François Mativet, Sophie Morel, Olivier Plattard, Samuel Lagrange, Michel Bernard, Joan Ferragu, Marc Saint-Aroman, Corinne François, Jean-Marie Brom.

* Pour consulter les documents qui rendent compte du déroulement de l'AG des 6 et 7 février 2010, rendez-vous sur la page : http://www.sortirdunucleaire.org/info/


 25/06/2010 21:52  

Status : hors ligne

Pascal B.

Administrateur

Admin
Enregistré: 01/01/2004
Réponses: 1354
Localisation:Surgères

Communiqué du vendredi 25 juin 2010

Le Réseau "Sortir du nucléaire" ressort renforcé
de l'Assemblée Générale Extraordinaire des 19 et 20 juin 2010

Le Réseau « Sortir du nucléaire », fédération de 879 groupes signataires de la Charte pour la sortie du nucléaire dont 315 sont actuellement adhérents, est sorti renforcé de l’assemblée générale extraordinaire des 19 et 20 juin à Lyon, organisée pour étudier les pistes de sa refondation.

L'assemblée générale a permis de discuter en profondeur de la crise que le Réseau traversait depuis la fin de l'année dernière et de trouver des solutions en se mettant à l’écoute de sa diversité. Cette écoute s'est traduite par le renouvellement de la moitié de son conseil d'administration.

Une discussion large et approfondie a conduit au retrait de la signature du Réseau de l'appel à "l'Ultimatum climatique", qui précédait la tenue de la conférence de Copenhague en décembre 2009.

Le Réseau réaffirme ainsi que la lutte pour la sortie du nucléaire est le fondement même de son combat écologique. L'énergie nucléaire n'est en aucun cas une solution au problème du réchauffement climatique.

L'assemblée générale a souhaité approuver la décision du conseil d'administration transitoire, prise quelques jours avant l’AG, de retirer la plainte contre l'ex porte-parole salarié de l'association : Stéphane Lhomme. Elle a également longuement et posément envisagé toutes les solutions de conciliations possibles face à son licenciement, qui avait cristallisé les doutes sur l'engagement du Réseau, en jouant jusqu'au bout le jeu de la médiation. Elle a réaffirmé sa confiance aux salariés.

L'assemblée générale extraordinaire a tiré des leçons constructives de ces derniers mois de crise qui ont souligné la nécessité de favoriser la participation des groupes et de clarifier son fonctionnement, en particulier en ce qui concerne les rôles respectifs de l'AG, du conseil d'administration et des salariés.

Des propositions concrètes ont été émises pour restructurer et renforcer le Réseau. Un chantier s'est lancé pour poser les pistes de réflexion qui accompagneront son évolution. Une commission de refondation a été créée, ouverte à tous ses membres afin que sa fonction première de Fédération soit renforcée depuis sa base. De même un comité de médiation a été décidé afin d'améliorer les relations entre les différents acteurs du Réseau.

L'AG s'est soldée, non par une scission, mais par un certain consensus politique.

Le Réseau a affirmé la légitimité de la lutte contre le nucléaire civil et militaire comme enjeu fondamental du combat écologique particulièrement pour les prochaines élections présidentielles de 2012.

Nous pouvons répondre à vos interrogations et vos demandes en nous écrivant sur le mail suivant : ca@sortirdunucleaire.fr

Le conseil d'administration nouvellement élu :

- Les 9 administrateurs titulaires : Jacky Berthomé, Michel Lablanquie, André Larivière, Cédric Lucas, Jean-Pierre Minne, Steven Mitchell, Iseline Moret, Daniel Roussée, Nadine Schneider.

- Les 9 administrateurs suppléants : François Mativet, Michel Boccara, Emmanuelle Somer, Anne-Sophie Cordoeiro, Monique Labarthe, Lionel Cavicchioli, Aude Vidal, Marc Saint-Aroman, Corinne François

Le fuseau horaire est CET. Il est maintenant 05:21 .

  • Sujet Normal
  • Sujet important
  • Sujet clos
  • Nouvelle Contribution
  • Nouveau sujet important
  • Nouveau sujet clos
  • Vous pouvez lire ce forum 
  • Les anonymes peuvent dans ce forum 
  • HTML autorisé 
  • Contrôle vocabulaire