Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 21 oct. 2017 - 03:03

La consommation citoyenne Hors série No 26

Offrir des jouets qui n’ont pas été fabriqués par des enfants surexploités. Acheter des meubles en bois qui n’entraînent pas la disparition des forêts tropicales. Se chauffer sans aggraver l’effet de serre… Privilégier un produit plutôt qu’un tel autre peut impulser des changements dans les pratiques sociales et environnementales des entreprises. Mais si un début de changement est perceptible dans les pratiques de quelques entreprises, la communication dans ce domaine tient encore trop souvent lieu d’action. Comment distinguer alors les produits réellement éthiques, équitables ou écologiques de ceux qui en portent juste le déguisement ?

La consommation citoyenne - Guide pratique n° 26 novembre 2006 Nous avons conçu ce numéro pour cela. Nous présentons les labels et les signes de qualité qui permettent de se repérer dans l’offre citoyenne : marques équitables, labels biologiques ou écolabels. Nous recensons également les différents réseaux de distribution. Par rapport à la première édition de notre guide en 2003, l’essor du nombre de points de vente spécialisés semble remarquable : le nombre de magasins Biocoop, par exemple, a augmenté de 20 % et les boutiques équitables, encore rares il y a trois ans, se sont multipliées. Nous avons sélectionné des adresses à travers toute la France, en y ajoutant des bars et des restaurants équitables, bio ou d’insertion. Ce guide passe également au crible l’offre dite « citoyenne » des enseignes de la grande distribution, où la majorité des consommateurs continue de faire ses courses au quotidien.
Même si de plus en plus de monde se dit prêt dans les sondages à acheter des produits qui garantissent de meilleures conditions sociales et environnementales de production, la consommation citoyenne reste un marché de niche. Au-delà de la démarche individuelle d’achat, il est donc essentiel de mobiliser les structures collectives comme l’Education nationale, les comités d’entreprise ou les collectivités locales, qui peuvent contribuer par leurs achats au changement d’échelle des filières « citoyennes ».
Mais quel que soit son développement futur, la consommation citoyenne ne peut se substituer à la mise en place d’un cadre juridique adéquat au plan national et international pour rendre le monde plus juste. Si les citoyens doivent se souvenir qu’ils sont aussi consommateurs, les consommateurs citoyens ne doivent pas oublier qu’ils sont avant tout citoyens.

Pascal Canfin et Naïri Nahapétian


Au sommaire du No 26

• Donner du sens à ses achats
Petite histoire de la consommation citoyenne
Depuis longtemps, une minorité de consommateurs s’intéresse aux conditions sociales et environnementales de production de ce qu’ils achètent. La montée en puissance de cette préoccupation peut être un levier de régulation de l’économie mondialisée.

Les enjeux cachés de la labellisation
La labellisation, nécessaire à la traçabilité des produits, soulève des questions centrales qui concernent tous les acteurs des filières de la consommation citoyenne.

Grandes surfaces contre circuits spécialisés
Rémi Roux (Ethiquable) et Nicolas Gottry (Artisans du monde) expliquent leur stratégie commerciale, à l’intérieur et en dehors de la grande distribution.

« Le consommateur est une partie du problème… et de la solution »
Face aux changements climatiques et énergétiques, nous devrons modifier nos modes de consommation. Dans ce contexte, entretien avec Nadia Boeglin, de l’Ademe, des actions possibles des consommateurs et les marges de manœuvre des pouvoirs publics.

• Comment s’y reconnaître
Identifier un produit équitable
Il existe différentes marques ou labels équitables, ainsi que des grossistes et des importateurs spécialisés. Tour d’horizon.

S’habiller autrement
La conversion au coton bio est souvent difficile pour les producteurs, car les rendements sont plus faibles et leur exploitation n’est reconnue bio qu’au bout de trois ans. En préfinançant les récoltes, les opérateurs du commerce équitable permettent aux producteurs de passer le cap.

Les labels biologiques
Un produit issu de l’agriculture biologique est garanti sans pesticides. S’il s’agit d’un produit d’élevage, l’animal doit avoir eu droit à un espace vital réglementé et à une nourriture précise. Les labels et les marques essentiels.

Les écolabels
Forêts, poissons, peintures, hôtels… des milliers de biens de consommation bénéficient d’écolabels qui garantissent une exploitation ou une fabrication moins nocive pour l’environnement.

Les labels « light »
Certains logos laissent entendre que le produit répond à des critères de préservation de l’environnement. Or, il s’agit souvent d’annoncer le simple respect d’une obligation légale.

Les labels à l’étranger
Mondialisation oblige, des produits disponibles en France peuvent arborer des labels étrangers.

• Où acheter
Les boutiques équitables
Les boutiques de commerce équitable proposent souvent également des produits éthiques ou bio. Ces réseaux de distribution spécialisés ont aussi un rôle de sensibilisation du public.
Liste des magasins Artisans du monde

Les boutiques écolos
35 % des produits bio sont vendus par des boutiques spécialisées. Celles-ci gardent de véritables atouts : une traçabilité garantie, des relations de proximité avec les producteurs et une démarche écologique globale.
Liste des magasins Biocoop

Des produits frais, en direct du producteur
Les paniers de fruits et légumes biologiques, parfois produits par des personnes en insertion, ont le vent en poupe. Ils mettent directement en contact producteurs et consommateurs.

Sortir en s’engageant
Les bars, cafés et restaurants équitables mélangent produits issus de l’agriculture biologique locale et produits du commerce équitable. Les restaurants-traiteurs d’insertion proposent leurs boissons et menus solidaires et salarient des personnes en difficulté.

Acheter en ligne
Le commerce équitable se développe aussi sur Internet, la vente de vêtements y faisant notamment une entrée remarquée. Côté bio, outre des supermarchés en ligne, on trouve des sites proposant des paniers hebdomadaires.

Quelques circuits spécialisés à l’étranger
L’Europe compte plus 2 500 magasins équitables. Petit tour d’horizon, de l’Allemagne à l’Italie, en passant par le Togo.

Les grandes enseignes
Les grandes enseignes de la distribution généralistes et spécialisées ont fait quelques progrès en matière d’offre citoyenne et de responsabilité sociale et environnementale. Mais le chemin est encore long.

• Les nouvelles pratiques responsables
Voyager autrement
Alors que l’essor du tourisme de masse entraîne de lourds dégâts écologiques, mais parfois aussi sociaux, d’autres manières de voyager existent : tourisme solidaire, tourisme vert, observation de la nature…

Les placements éthiques et solidaires
Le consommateur est aussi un épargnant. Avec l’investissement socialement responsable, il peut faire pression sur les grandes entreprises pour qu’elles améliorent leurs pratiques ; et grâce aux finances solidaires, il peut mobiliser son argent pour des projets d’insertion, de logement ou de coopération Nord-Sud.

L’Internet citoyen
L’Internet citoyen et solidaire regroupe des acteurs du tiers secteur (associations et entreprises coopératives) qui offrent des services fondés sur la participation des utilisateurs.

Agir chez soi
Rendre son habitat plus écologique reste une initiative personnelle, même si les pouvoirs publics mettent en place des mesures incitatives. Quelques idées d’aménagements, d’équipements à privilégier, et plus simplement les gestes à adopter.

Se déplacer en polluant moins
Les transports alternatifs se développent. A chacun de choisir le plus adapté à son mode de vie.

• Agir ensemble
Agir sur les élus locaux
Les collectivités territoriales commencent à introduire des clauses environnementales et sociales dans leurs marchés publics. De l’achat d’énergies vertes à l’introduction du bio dans les cantines, en passant par le traitement des déchets, tour d’horizon des actions menées et des obstacles rencontrés.
Agir dans l’éducation
Parler de consommation citoyenne, c’est bien ; la pratiquer, c’est encore mieux. Zoom sur les différentes manières de sensibiliser les élèves et les étudiants au développement durable.
Agir dans son entreprise
La direction et les salariés, via notamment le comité d’entreprise, peuvent encourager des démarches socialement responsables, sur leur lieu de travail comme dans les ateliers de leurs sous-traitants.
Les associations se mobilisent
Pour s’engager au service d’une consommation plus responsable, voici quelques contacts.

• Perspectives
A quoi sert le commerce équitable ?
Retour sur des concepts fondateurs du commerce équitable, comme la dégradation des termes de l’échange, avec Benoît Daviron, un chercheur au regard critique.

Comment le marché du café s’est dégradé
Fluctuations incessantes et baisses des cours sont le quotidien des producteurs de café du fait de l’incapacité des pays producteurs à former une entente.

« Une autre utilisation de la science agronomique »
Le bio permet de répondre aux nouvelles exigences écologiques et sociales au Nord, tout en étant un mode d’intensification alternative de l’agriculture au Sud. Entretien avec Martine François, chercheuse au Gret.

Consommateur et acteur
Selon le sociologue Simon Langlois, la recherche du naturel et la promotion du « bon pour la santé » pourraient bien s’imposer comme de nouvelles normes sociales.

• Bibliographie

• Index

Alternatives Economiques Pratique n° 26, novembre 2006. En kiosque jusqu’au 31 décembre. Egalement disponible en librairie, et sur commande à :
Alternatives Economiques, 12 rue du Cap-Vert, 21800 Quétigny, tél. : 03 80 48 10 40,
ou sur le site : [link:20061114114918185 www.alternatives-economiques.fr]

A découvrir