Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 18 déc. 2017 - 23:31

Efficacité énergétique des bâtiments neufs



Le processus du "Grenelle de l'environnement" s'est déroulé sans que le nucléaire y puisse être discuté, c'est pourquoi le Réseau "Sortir du nucléaire" a refusé d'y participer. Cependant, un accord positif avait néanmoins été trouvé entre les participants au Grenelle pour réduire, à partir de 2012, le plafond de consommation d'énergie autorisé pour les constructions neuves au niveau impératif de 50 kWh/m2/an. Mais les décisions du Grenelle sont malmenées par les lobbies de tout poil – ce n’est pas nouveau.

Efficacité énergétique des bâtiments neufs :
interpellez votre sénateur et M. le ministre de l’écologie en participant à cette cyber-action ! Menace sur l'objectif d'efficacité énergétique des bâtiments neufs !

Nous mettons ici en cause la notion de « modulation » du seuil de 50 kWh/m2/an « pour les énergies qui présentent un bilan avantageux en termes d’émissions de gaz à effet de serre », introduite dans l’article 4 du projet de loi. Un amendement, porté par le député Patrick Ollier, cherchait à permettre que le seuil soit « relevé à raison inverse des émissions de gaz à effet de serre générées par l'énergie utilisée ». Si cette disposition n’a pas été reprise telle quelle, il n’en demeure pas moins que la notion même de « modulation » remet profondément en cause l’objectif arrêté lors du Grenelle.

Moduler la norme en fonction des émissions de gaz à effet de serre revient à favoriser un recours massif au chauffage électrique alimenté à l’électricité d’origine nucléaire, au prétexte que les centrales nucléaires émettraient moins de gaz à effet de serre que les centrales thermiques. Autrement dit, un bâtiment pourrait donc consommer plus d’énergie et être moins bien isolé, pourvu qu’il soit chauffé (voire également climatisé) à l’électricité nucléaire, et on appellerait cela un bâtiment « écologique » !

Pourtant, il est amplement démontré que le chauffage électrique est une véritable calamité environnementale. Il génère des pointes de consommation importantes auquel le parc nucléaire est incapable de répondre. Ces besoins sont principalement couverts par la production ou l’importation d’électricité d’origine thermique (centrales au gaz, fioul ou charbon). Une étude interne RTE / ADEME montre que chaque kWh utilisé pour le chauffage électrique émet en moyenne 500 à 600 gCO2/kWh, ce qui est énorme et s'ajoute à la fabrication de poisons radioactifs de la filière nucléaire.

Nous vous invitons à envoyer aux sénateurs de votre département, par courrier et/ou par email, la lettre ci-jointe (dont le texte est aussi reproduit en fin de ce message). Vous pouvez trouvez facilement les coordonnées des sénateurs (par département, par région ou par nom) sur le site web du Sénat : www.senat.fr/elus.html

Nous vous engageons également à adresser une copie de votre missive au Ministre de l'Ecologie, M. Jean-Louis Borloo :

- Par courrier à : Jean-Louis BORLOO, Ministère de l'Ecologie, 20 avenue de Ségur, 75302 Paris 07.

- Par le formulaire de contact Internet du ministère :
www.developpement-durable.gouv.fr/article.php3?id_article=2340


Nous vous remercions par avance pour votre implication !

Très cordialement

Philippe Brousse
Réseau “Sortir du nucléaire”
Fédération de 830 associations
www.sortirdunucleaire.org/

 

A découvrir