Bienvenue sur ecologie-pratique.org, anonyme 24 mai 2017 - 10:01

Greenpeace - La rebellion énergétique



Suite au refus du Gouvernement d'autoriser des experts indépendants à accéder à des documents secret-défense pour répondre aux questions des citoyens, Greenpeace a décidé le 13 octobre de ne plus participer aux débats publics EPR et gestion des déchets radioactifs organisés cet automne. Pour en savoir plus sur le côté obscur visitez le nouveau site de la rebellion http://www.greenpeace.fr/rebellion/index.php3

Quelques questions qui dérangent

• Concernant le projet de réacteur EPR :

- Aucun des scénarios énergétiques ou électriques cités en référence par eDF ne permet d'atteindre les objectifs de la politique énergétique, notamment celui de division par 4 des émissions de gaz à effet de serre. eDF est-elle vraiment guidée par des considérations énergétiques ?

- Alors que le parc nucléaire est largement en surcapacité (ainsi 20% de l'électricité produite est exportée chez nos voisins), et qu'aucune nouvelle centrale n'est nécessaire en France avant 2025 (1), quels débouchés pour l'électricité de l'EPR ?

- Dans son dossier, eDF n'évoque que les "alternatives" nucléaires. Les seuls scénarios existants permettant de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre, comme le scénario développé par l'association négaWatt (2), sont ceux pourtant ceux reposant sur la maîtrise des consommations et les énergies renouvelable. Pourquoi eDF ne parle pas de ces alternatives là ?

- A investissement équivalent, un programme éolien produirait deux fois plus d'électricité et créerait près de 5 fois plus d'emplois comme le montre l ' étude "Eole ou Pluton ?" (3). Pourquoi eDF n'en parle pas ?

- Le projet EPR va renforcer la mono-industrie nucléaire dans la Manche (département d'accueil prévu pour le nouveau réacteur alors que s'y trouve déjà l'usine Cogema de La Hague, la centrale de Flamanville et l'arsenal militaire de sous-marin). Le département et la région n'auraient-ils pas besoin d'une politique de diversification des activités économiques, des secteurs et types de métiers ?

- Exonérations diverses, financement d'infrastructures "temporaires" : ne serait-il pas plus judicieux d'investir les sommes que la région et le département vont allouer au projet EPR, dans une politique de diversification ?

(1) - "Etude économique et prospective de la filière électrique nucléaire", réalisée par JM. Charpin, B. Dessus et R. Pellat à la demande du Premier Ministre - juillet 2000

(2) - www.negawatt.org

(3) - Etude réalisée par l'INESTENE pour Greenpeace - décembre 2003

• Concernant la gestion des déchets nucléaires :

- Après un demi-siècle d'existence, le nucléaire n'a toujours pas trouvé de solution à la gestion de ses déchets et commence seulement à tenter de faire face à ce vaste problème. Devant une telle impasse comment justifier la continuité de leur production et ainsi compromettre notre environnement et le futur de nos enfants ?

- L'industrie refuse de considérer une grande partie de matières comme des déchets sous-prétexte qu'elles seraient "valorisables". Alors que dans la réalité, ces matières ne sont pas réutilisées mais stockées, quand seront-elle enfin considérées comme des déchets et gérer en tant que telles ? [Infos déchets nucléaires]

- Quand la France arrêtera-t-elle de produire et faire circuler sur les routes 12 tonnes de plutonium chaque année, matière première des bombes nucléaires, et substance extrêmement toxique ? [www.STOP-PLUTONIUM.org]

- Alors que l'inefficacité du retraitement est aujourd'hui reconnue (1), et alors que cette technologie engendre d'importants risques et pollutions, pourquoi la France poursuit-elle obstinément dans cette voie ?

- Selon la Commission Française du Développement Durable (CFDD) l'utilisation du combustible MOX qui crée des déchets encore plus dangereux et moins gérables n'"est pas équitable pour les générations futures" ! (2) Comment alors justifier le recours au MOX ?

- L'enfouissement des déchets qui consiste à les abandonner dans le sous-sol en espérant retarder le plus longtemps possible la remontée inévitable de la radioactivité, peut-il être considéré comme une solution ?

- Alors que les recherches ont pris du retard et sont loin d'avoir abouti, est-il raisonnable de prendre une quelconque décision en 2006 ?

- Les charges nucléaires à venir (démantèlement, déchets) s'élèvent à plus de 70 milliards d'euros. Le système de provisionnent de ces charges est actuellement très mal sécurisé. Le risque est très grand (notamment dans le contexte de privatisation) de voir les responsabilités des industriels transférer à l'Etat et aux contribuables, en opposition totale au principe de "pollueur-payeur". Qui va payer la facture nucléaire ?

(1) - Une analyse économique ("Etude économique prospective de la filière électrique nucléaire", JM. Charpin, B. Dessus, R. Pellat) remis au Premier Ministre en 2000, démontre très clairement que le retraitement et l'utilisation de MOX ne sont pas efficaces et rentables et ne le seront pas non plus, dans un avenir prévisible.

(2) - Selon un avis rendu le 28 février 2001.

A découvrir